Josemaría Escrivá Obras
68

Tu ne sais comment me remercier pour ce saint zèle qui s’est emparé de ton âme, m’as-tu dit.

     — Je me suis empressé de te répondre: ce n’est pas moi qui fait vibrer ton âme, mais le Saint-Esprit.

     — Aime-le, fréquente-le. — C’est ainsi que tu t’éprendras davantage et mieux de lui, et tu le remercieras de s’être établi dans ton âme, pour que tu aies de la vie intérieure.

Précédent Voir le chapitre Suivant