Josemaría Escrivá Obras
869

Si tu aimais vraiment Dieu de tout ton cœur, ton amour du prochain, aussi difficile qu’il puisse te paraître parfois, serait une conséquence nécessaire du Grand Amour. — Et tu ne pourrais te sentir l’ennemi de personne. Tu ne ferais pas acception des personnes.

Précédent Voir le chapitre Suivant