Josemaría Escrivá Obras
893

On disait à tel de nos bons amis, pour l’humilier, que son âme était de deuxième ou de troisième choix.

     Et lui, convaincu de son néant, et sans se fâcher, raisonnait ainsi: étant donné que chaque homme n’a qu’une seule âme — et moi aussi, je n’en ai qu’une —, pour chacun son âme sera... de premier choix. Je ne veux pas ajuster le tir vers le bas car j’ai une âme “de tout premier choix” et je veux, avec l’aide de Dieu, la purifier et la blanchir et l’enflammer, afin que mon Bien-aimé s’en réjouisse.

     — Ne l’oublie pas, toi non plus, bien que tu te voies plein de misères: tu ne peux pas “ajuster le tir vers le bas”.

Précédent Voir le chapitre Suivant