Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > La vocation chrétienne > Chap 1
1

L'année liturgique commence et l'idée que l'introït de la Messe nous propose est en rapport étroit avec le principe de notre vie chrétienne: la vocation que nous avons reçue. Vias tuas, Domine, demonstra mihi, et semitas tuas edoce me. Seigneur, montre-moi tes chemins, apprends-moi tes sentiers. Nous demandons au Seigneur qu'Il nous guide, qu'Il nous mette sur son chemin, pour que nous puissions nous diriger vers la plénitude de ses commandements, la charité.

Lorsque vous pensez aux circonstances qui ont accompagné votre décision de vivre entièrement votre foi, j'imagine que, comme moi, vous rendez profondément grâces au Seigneur, sincèrement convaincus sans fausse humilité — qu'il n'y a là aucun mérite de votre part. Nous avons appris, d'ordinaire, à invoquer Dieu depuis notre enfance des lèvres de parents chrétiens. Plus tard, ce sont des maîtres, des camarades, des personnes de notre entourage qui nous ont aidés, de multiples manières, à ne pas perdre de vue Jésus-Christ.

Un jour — je ne veux pas parler en termes généraux: ouvre ton coeur au Seigneur et raconte-Lui ton histoire — un ami peut-être, un chrétien ordinaire comme toi, t'a fait découvrir un panorama immense et nouveau, et pourtant vieux comme l'Evangile. Il t'a suggère que tu pouvais t'engager sérieusement à la suite du Christ, en te faisant apôtre d'apôtres. Dès lors, tu as sans doute perdu la tranquillité, pour ne la retrouver, sous la forme d'une paix profonde, que lorsque, librement, parce que tu en avais envie — ce qui est la plus surnaturelle des raisons — tu as répondu “ oui à Dieu. Alors est venue la joie, forte, constante, qui ne disparaît que si tu t'éloignes de Lui.

Je n'aime guère parler de personnes choisies ou privilégiées. C'est le Christ qui parle, c'est Lui qui choisit. Tel est le langage de l'Ecriture: elegit nos in ipso ante mundi constitutionem — dit saint Paul — ut essemus sancti. Il nous a élus des avant la création du monde, pour être saints. je sais que pour toi cela ne te remplit pas d'orgueil, ne t'incite pas à te considérer comme supérieur aux autres. Ce choix, qui est la racine de l'appel, doit être aussi le fondement de ton humilité. A-t-on jamais élevé un monument aux pinceaux d'un grand peintre ? Même s'ils ont servi à faire des chefs-d'oeuvre, le mérite en revient à l'artiste. Or nous, chrétiens, nous sommes les instruments du Créateur du monde, du Rédempteur de tous les hommes.


2

Cela me stimule de considérer un fait que raconte en détail l'Evangile: la vocation des douze premiers apôtres. Nous allons la méditer lentement, en demandant à ces saints témoins du Seigneur de nous apprendre à suivre le Christ comme ils ont su le faire.

Ces premiers apôtres — j'ai pour eux une grande dévotion et une grande tendresse — étaient, si l'on en juge selon des critères humains, bien peu de chose. Leur condition sociale, à l'exception de Matthieu qui, certainement, gagnait bien sa vie et abandonna tout quand Jésus le lui demanda, était celle de pêcheurs vivant au jour le jour, en peinant la nuit pour assurer leur subsistance.

Mais peu importe leur condition sociale. Ils n'étaient ni cultivés, ni même très intelligents, du moins pour ce qui est des réalités surnaturelles. Ils ne comprenaient même pas les exemples et les comparaisons les plus simples, et ils avaient recours au maître: Domine, edissere nobis parabolam, Seigneur explique-nous la parabole. Lorsque Jésus, s'aidant d'une image, faisait allusion au ferment des pharisiens, ils croyaient qu'Il les réprimandait pour n'avoir pas acheté de pain !

Quoique pauvres et ignorants, ils n'étaient ni simples ni dépourvus de présomption: malgré leurs limites, ils étaient ambitieux. Il leur arrivait souvent de discuter pour savoir qui serait le plus grand lorsque, conformément à leur optique, le Christ aurait instauré définitivement sur terre le royaume d'Israël. Dans l'intimité du Cénacle, ils se disputaient et s'échauffaient en ce moment sublime où Jésus allait s'immoler pour l'humanité.

Leur foi ? Elle était plutôt faible! C'est Jésus Lui-même qui le dit. Ils ont vu ressusciter des morts, guérir toute sorte de maladies, multiplier des pains et des poissons, calmer des tempêtes et chasser des démons, et pourtant saint Pierre, choisi pour être la tête, fut le seul à savoir répondre avec promptitude:

Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Mais c'était une foi qu'il interprétait à sa manière; c'est pourquoi il se permettait de s'opposer à Jésus, pour qu'Il ne s'offrît pas en Rédemption pour les hommes. Et Jésus devait lui répondre: passe derrière moi, Satan: tu me fais obstacle, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. Pierre raisonnait humainement, commente saint Jean Chrysostome, et il pensait que tout cela — la Passion et la Mort — était indigne du Christ, et méritait le blâme. Aussi Jésus le reprit-Il et lui dit: non, souffrir n'est pas indigne de moi: tu le juges ainsi parce que tu raisonnes avec des idées charnelles, humaines.

Peut-être ces hommes de peu de foi se distinguaient-ils par leur amour pour le Christ ? Sans aucun doute, l'aimaient-ils, au moins en paroles. Parfois ils se laissaient emporter par l'enthousiasme: allons et mourons avec Lui. Mais, à l'heure de la vérité, ils fuirent tous, sauf Jean, qui L'aimait véritablement et savait le prouver. Seul cet adolescent, le plus jeune des apôtres, demeura près de la Croix. Les autres ne ressentirent pas cet amour fort comme la mort.

Et c'étaient eux les disciples élus par le Seigneur! C'est ainsi que les avait choisis le Christ; voilà comme ils apparaissaient avant que, remplis de l'Esprit Saint, ils ne se transformassent en colonnes de l'Eglise.

Des hommes ordinaires, avec leurs défauts, leurs faiblesses, plus prodigues de paroles que d'actes. Et pourtant, Jésus les a appelés pour en faire des pêcheurs d'hommes, des corédempteurs, des dispensateurs de la grâce de Dieu.


3

C'est un peu ce qui s'est passé pour nous. Sans aucun mal, nous pourrions trouver dans notre famille, parmi nos amis et nos camarades, sans parler du panorama immense du monde, bien d'autres personnes plus dignes que nous de recevoir l'appel du Christ: des gens plus simples, plus savants, plus influents, plus importants, plus capables de reconnaissance et plus généreux.

Pour moi, en pensant à tout cela, j'ai honte. Mais je mesure aussi à quel point notre logique humaine est insuffisante pour expliquer les réalités de la grâce. Dieu a coutume de rechercher des instruments faibles, pour qu'apparaisse avec clarté et évidence que oeuvre est la sienne. C'est timidement que saint Paul évoque sa vocation: Il m'est apparu après tous les autres, à moi qui suis comme l'avorton, le plus petit des apôtres, pas même digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Eglise de Dieu. Ainsi écrit Saul de Tarse avec sa personnalité et son énergie que l'histoire n'a fait qu'amplifier.

Sans qu'il y ait eu le moindre mérite de notre part, vous disais-je; en effet, à la base de notre vocation, nous trouvons la connaissance de notre misère et la conscience que les lumières qui illuminent notre âme (la foi), l'amour avec lequel nous aimons (la charité) et le désir qui nous soutient (l'espérance) sont des dons gratuits de Dieu. C'est pourquoi ne pas croître en humilité revient à perdre de vue ce qui était l'objectif du choix divin: ut essemus sancti, notre sainteté personnelle.

Maintenant, à partir de cette humilité, nous pouvons comprendre ce que l'appel divin a de merveilleux. La main du Christ nous a saisis dans un champ de blé: le semeur presse dans sa main blessée une poignée de grains. Le sang imbibe la semence, l'imprègne. Puis le semeur jette à la volée ce blé pour qu'en mourant il devienne vie, et pour qu'en pénétrant dans la terre, il puisse se multiplier en épis dorés.


4

L'Epître de la Messe nous rappelle que nous devons assumer cette responsabilité d'apôtres avec un esprit neuf, avec courage et vigilance. L'heure est déjà venue de sortir du sommeil. Car aujourd'hui le salut est plus proche que lorsque nous avons embrasse la foi. La nuit est avancée, le jour approche. Rejetons donc les oeuvres de ténèbres pour revêtir les armes de la lumière.

Vous me direz que ce n'est pas facile, et vous n'aurez pas tort. Les ennemis de l'homme, qui sont les ennemis de sa sainteté, tentent d'entraver cette vie nouvelle, de l'empêcher de se revêtir de l'esprit du Christ. Il n'y a pas de meilleure énumération, à mon avis, des obstacles à la fidélité chrétienne que celle que nous donne saint Jean: concupiscentia carnis, concupiscentia oculorum, et superbia Vitae. Dans le monde, tout est concupiscence de la chair, concupiscence des yeux, et orgueil.


5

La concupiscence de la chair ne consiste pas seulement dans les tendances désordonnées des sens en général ni dans l'appétit sexuel, qui doit être ordonné, mais qui n'est pas un mal en soi, car c'est une réalité humaine noble et sanctifiable. C'est pourquoi je ne parle jamais d'impureté, mais de pureté. Ces paroles du Christ s'adressent à tous: bienheureux les coeurs purs, car ils verront Dieu. Par vocation divine, certains auront à vivre cette pureté dans le mariage et d'autres en renonçant à l'amour humain pour répondre uniquement et passionnément à l'amour de Dieu. Ni les uns ni les autres ne sont les esclaves de la sensualité; ils règnent en maîtres sur leur corps et sur leur coeur, afin de pouvoir les donner aux autres en se sacrifiant pour eux.

J'ai l'habitude, lorsque je parle de la vertu de pureté, d'ajouter le qualificatif de sainte. La pureté chrétienne, la sainte pureté, n'est pas l'orgueil de se sentir pur, sans tache, mais c'est de savoir que nous avons les pieds d'argile, même si la grâce de Dieu nous libère jour après jour des pièges de l'ennemi. je tiens pour une déformation du christianisme l'insistance que mettent certains à écrire ou à prêcher presque exclusivement sur ce sujet, en oubliant les autres vertus qui sont capitales pour les chrétiens et, plus généralement, pour la vie en société.

La sainte pureté n'est ni la seule, ni la principale vertu chrétienne: elle nous est, cependant, indispensable pour persévérer dans notre effort quotidien de sanctification; et, si nous ne la conservons pas, notre engagement apostolique n'a pas de sens. La pureté est la conséquence de l'amour avec lequel nous avons fait don au Seigneur de notre âme et de notre corps, de nos facultés et de nos sens. Elle n'est pas une négation, mais une affirmation joyeuse.

Je disais que la concupiscence de la chair ne se limite pas exclusivement au désordre de la sensualité, mais qu'elle comprend aussi la commodité, le manque d'enthousiasme, qui nous font rechercher ce qu'il y a de plus facile, de plus agréable, le chemin apparemment le plus court, quitte à faire des concessions dans notre fidélité à Dieu.

Un tel comportement équivaudrait à nous abandonner inconditionnellement à l'empire d'une des lois — celle du pêche — contre laquelle saint Paul nous met en garde: moi qui voudrais faire le bien, je trouve la loi qui s'y oppose, parce que le mal est à mes côtés. Car, selon l'homme intérieur, je me complais dans la loi, mais je sens dans mes membres une autre loi, qui s'oppose à la loi de mon esprit et m'emprisonne dans le pêche... Malheureux que je suis, qui me délivrera de ce corps de mort ? Ecoutez la réponse de l'apôtre: c'est la grâce de Dieu, par Notre Seigneur Jésus Christ. Nous pouvons et nous devons lutter contre la concupiscence de la chair car, si nous sommes humbles, la grâce du Seigneur nous sera toujours accordée.


6

Notre autre ennemi, écrit saint Jean, c'est la convoitise des yeux, c'est une avarice radicale, qui nous pousse à n'attacher de prix qu'a ce qui peut se toucher. Nos yeux demeurent comme colles aux choses de la terre et, de ce fait, sont incapables de découvrir les réalités surnaturelles. C'est pourquoi nous pouvons employer les mots de la Sainte Ecriture pour nous référer non seulement à l'avarice des biens matériels, mais aussi à cette déformation qui consiste à n'observer tout ce qui nous entoure — les autres, les événements de notre vie et de notre époque — qu'avec une vision humaine.

Les yeux de notre âme se troublent; notre raison croit pouvoir tout comprendre par elle-même sans avoir besoin de Dieu. Tentation subtile, s'abritant derrière la dignité de cette intelligence que Dieu notre Père a donnée à l'homme pour Le connaître et L'aimer librement. Entraînée par une telle tentation, l'intelligence humaine finit par se considérer comme le centre de l'univers, par croire une nouvelle fois au vous serez comme des Dieux et, toute remplie d'amour pour elle-même, par tourner le dos à l'amour de Dieu.

C'est ainsi que notre existence peut se livrer totalement aux mains de son troisième ennemi: la superbia vitae. Elle ne concerne pas seulement les pensées éphémères de vanité ou d'amour-propre: il s'agit plutôt ici d'une enflure générale. Ne nous y trompons pas, c'est bien la le pire des maux, la racine de tous nos égarements. Notre lutte contre l'orgueil doit être constante, car ce n'est pas pour rien que l'on dit, de façon imagée, que cette passion meurt un jour aptes notre mort. C'est la morgue du pharisien, que Dieu refuse de justifier, parce qu'Il se heurte en lui à une barrière de suffisance. C'est l'arrogance qui nous amène à mépriser les autres, à les dominer, à les maltraiter: car là où il y a orgueil, il y a offense et déshonneur.


7

Aujourd'hui commence le temps de l'Avent, temps opportun pour penser aux pièges que nous tendent ces ennemis de notre âme que sont les désordres de la sensualité et de la légèreté; cette folie de la raison quand elle s'oppose au Seigneur; la présomption hautaine, qui rend impossible l'amour de Dieu et des créatures. Tous ces états d'esprit sont des obstacles certains, et leur pouvoir de perturbation est grand. C'est pourquoi la liturgie nous fait implorer la miséricorde divine: vers Toi, Seigneur, j'élève mon âme, c'est en Toi que j'espère; fais que je ne sois pas confondu, que mes adversaires ne se réjouissent pas: telle est la prière que nous avons faite à l'Introït. Et, dans l'antienne de l'Offertoire, nous répéterons: j'espère en Toi, Seigneur, que je ne sois pas confondu!

Maintenant qu'approche le moment du salut, il est consolant d'entendre, de la bouche de saint Paul, que, lorsque Dieu le Père, notre Sauveur, a daigné nous révéler sa bonté et son amour pour les hommes. Il nous a sauvés, non pour nos prétendues oeuvres de justice, mais dans sa miséricorde.

Si vous parcourez l'Ecriture Sainte vous y découvrirez la présence constante de la miséricorde de Dieu: elle remplit la terre, elle s'étend à tous ses enfants, super omnem, elle nous entoure, elle va au-devant de nous , elle se multiplie pour nous aider, et elle a constamment reçu confirmation.

Dieu, qui s'occupe de nous comme un Père très aimant, nous considère dans sa miséricorde: une miséricorde douce, belle comme une image de pluie,

Jésus résume et définit toute cette histoire de la miséricorde divine: bienheureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. En une autre occasion, Il dit: soyez miséricordieux, comme votre Père céleste est miséricordieux. Bien des scènes de l'Evangile restent gravées dans notre mémoire: la clémence à l'égard de la femme adultère; la parabole du fils prodigue; celles de la brebis perdue et du débiteur pardonné; la résurrection du fils de la veuve de Naïm. Que de motifs de justice pour expliquer ce grand prodige. Le fils unique de cette pauvre veuve est mort, lui qui donnait un sens à sa vie, lui qui pouvait l'aider dans sa vieillesse. Cependant le Christ ne fait pas de miracles par justice mais par compassion, parce que, intérieurement, Il s'émeut devant la douleur humaine.

Quel sentiment de sécurité doit produire en nous la compassion du Seigneur! Il m'appellera et je l'entendrai, car je suis miséricordieux. Cette invitation, cette promesse, Il n'y faillira pas. Approchons-nous donc avec confiance du trône de grâces pour recevoir la miséricorde et la grâce en temps opportun. Les ennemis de notre sanctification ne pourront rien, parce que la miséricorde de Dieu nous préserve. Et si, par notre faute, et par faiblesse, nous tombons, le Seigneur viendra à notre secours et nous relèvera. Tu as appris à éviter la négligence, à éloigner de toi l'arrogance, à acquérir la piété, à ne pas être prisonnier des affaires du monde, à ne pas préférer le périssable à l'éternel. Mais, puisque la faiblesse humaine empêche tes pas d'êtres fermes dans ce monde au sol glissant, le bon médecin t'a indique aussi les remèdes contre l'égarement, et le juge miséricordieux ne t'a pas refusé l'espérance du pardon.


8

C'est dans ce climat de miséricorde de Dieu que se déroule l'existence du chrétien. C'est dans ce cadre que se situent ses efforts pour se comporter en fils du Père. Et quels sont les principaux moyens qui permettent à la vocation de s'affermir ? je t'en signalerai aujourd'hui deux, qui sont comme les axes vivants de la conduite chrétienne: vie intérieure et formation doctrinale — connaissance profonde de notre foi.

Vie intérieure, tout d'abord: bien peu comprennent encore ce mot. Quand on entend parler de vie intérieure, on pense à l'obscurité du temple, quand ce n'est pas à l'atmosphère raréfiée de certaines sacristies. Depuis plus d'un quart de siècle, je dis que ce n'est pas cela. je parle de la vie intérieure des chrétiens courants, que l'on rencontre habituellement en pleine rue, à l'air libre, et qui, dans la rue, à leur travail, dans leur famille, dans leurs moments de loisir demeurent, tout au long du jour, attentifs à Jésus-Christ. Qu'est-ce que cela, sinon une continuelle vie de prière? N'as-tu pas compris qu'il te fallait être une âme de prière, grâce à un dialogue avec Dieu qui finit par t'assimiler à Lui ? Voilà la foi chrétienne telle que les âmes de prière l'ont toujours comprise: devient Dieu celui qui' veut les mêmes choses que Dieu.

Au début, cela te coûtera: il faut faire un effort pour se tourner vers le Seigneur, pour Le remercier de sa tendresse paternelle de chaque instant, envers nous. Mais, peu à peu, l'amour de Dieu devient sensible bien que ce ne soit pas une question de sentiment comme une empreinte dans notre âme. C'est le Christ qui nous poursuit amoureusement: voici que je suis à ta porte, et que je t'appelle. Comment va ta vie de prière ? N'éprouves-tu pas le besoin, pendant la journée de parler plus calmement avec Lui? Ne Lui dis-tu pas: tout à l'heure je Te raconterai, tout à l'heure je parlerai de cela avec Toi ?

Dans les moments que nous consacrons spécialement à ce dialogue avec le Seigneur, notre coeur s'élargit, notre volonté s'affermit, notre intelligence, aidée par la grâce, imprègne de réalités surnaturelles les réalités humaines. Tu en tireras toujours des résolutions claires, pratiques, pour améliorer ta conduite et faire preuve envers tous les hommes d'une délicatesse pleine de charité, et te consacrer à fond, avec la ténacité des bons sportifs, à cette lutte chrétienne faite d'amour et de paix.

La prière devient constante, comme le battement du coeur, ou celui du pouls. Il n'y a pas de vie contemplative sans cette présence de Dieu et, sans vie contemplative, il ne sert pas à grand-chose de travailler pour le Christ, car les efforts de ceux qui construisent sont 43 vains si Dieu ne soutient la maison.


9

Le chrétien ordinaire — qui n'est pas un religieux et qui ne se retire pas du monde, parce que le monde est le lieu de sa rencontre avec le Christ — n'a pas besoin pour se sanctifier d'un vêtement particulier ou de signes distinctifs. Ses signes sont intérieurs: présence constante de Dieu et esprit de mortification. En réalité ils ne font qu'un, car la mortification n'est rien d'autre que la prière des sens.

La vocation chrétienne est faite de sacrifice, de pénitence et d'expiation. Nous devons réparer pour nos fautes — combien de fois n'avons nous pas détourné notre visage pour ne pas voir Dieu ? — et pour tous les péchés des hommes. Nous devons suivre de près les traces du Christ: nous portons toujours en nous la mortification, l'abnégation du Christ, son humiliation sur la Croix, pour que, dans nos coeurs aussi, se manifeste la vie de Jésus.

Notre chemin est celui de l'immolation et c'est dans ce renoncement que nous trouverons le gaudium cum pace, la joie et la paix.

Ne jetons pas sur le monde un regard de tristesse. Ces hagiographes qui voulaient, coûte que coûte, découvrir des traits extraordinaires chez les serviteurs de Dieu, et ce dès leurs premiers vagissements, ont rendu, sans le vouloir, un mauvais service à la catéchèse. Et ils racontent que certains d'entre eux, encore nourrissons, ne pleuraient pas, et que, par mortification, ils ne tétaient pas le vendredi... Toi et moi sommes nés en pleurant, comme Dieu l'a établi; et nous sucions le sein de notre mère sans nous soucier du Carême ni des Quatre-Temps.

Maintenant, avec l'aide de Dieu, nous avons appris à découvrir, tout au long de journées apparemment toujours semblables, un spatium verae poenitentiae, un temps de véritable pénitence, au cours duquel nous prenons des résolutions d'améliorer notre vie: emendatio vitae. C'est là le chemin qui nous disposera à recevoir dans notre âme la grâce et les inspirations du Saint-Esprit. Or cette grâce, je le répète, s'accompagne du gaudium cum pace, de la joie, de la paix et de la persévérance dans le chemin.

La mortification est le sel de notre vie. Et la meilleure des mortifications est celle qui, s'appuyant sur des petits détails tout au long de la journée, s'attaque à la concupiscence de la chair, à la concupiscence des yeux et à l'orgueil. Mortifications qui ne mortifient pas les autres, mais qui nous rendent plus délicats, plus compréhensifs, plus ouverts à tous. Tu ne seras pas mortifié si tu es susceptible, si tu n'écoutes que ton égoïsme, si tu t'imposes aux autres, si tu ne sais pas te priver du superflu et parfois même du nécessaire, si tu t'attristes quand les choses ne vont pas comme tu l'avais prévu; en revanche, tu es mortifié si tu sais te faire tout à tous, pour les gagner tous.


10

Une vie de prière et de pénitence et la considération de notre filiation divine font de nous des chrétiens profondément pieux, semblables à des petits enfants devant Dieu. La piété est la vertu des enfants et, pour qu'un enfant puisse se confier aux bras de son père, il doit être et se sentir petit, dépendant. J'ai souvent médité cette vie d'enfance spirituelle; elle n'est pas incompatible avec la force d'âme, car elle exige une volonté rigoureuse, une maturité confirmée, un caractère ferme et ouvert.

Soyons donc pieux comme des enfants, mais pas ignorants. Chacun de nous doit s'efforcer, dans la mesure de ses moyens, d'approfondir sa foi avec sérieux et avec une rigueur scientifique: c'est cela la théologie. Nous devons allier une piété d'enfants à une doctrine sûre de théologiens.

Notre zèle pour acquérir cette science théologique, la bonne et solide doctrine chrétienne, vient d'abord du désir de connaître et d'aimer Dieu, et ensuite de la préoccupation de toute âme fidèle d'atteindre la signification la plus profonde de ce monde, qui est oeuvre de Dieu. Périodiquement, certains tentent, de façon monotone, de ressusciter une soi-disant incompatibilité entre la foi et la science, entre l'intelligence humaine et la Révélation divine. Cette incompatibilité ne peut être qu'apparente, et elle s'explique par une connaissance incomplète des données réelles du problème.

Puisque le monde est sorti des mains de Dieu, puisque Dieu a créé l'homme à son image et à sa ressemblance et qu'Il lui a donné une étincelle de sa lumière, notre intelligence doit s'attacher, fût-ce au prix d'un rude effort, à dégager le sens divin qui réside naturellement en toute chose et, à la lumière de la foi, à en percevoir aussi le sens surnaturel, celui qui résulte de notre élévation à l'ordre de la grâce. Nous n'avons pas à avoir peur de la science, car tout travail, s'il est véritablement scientifique, tend vers la vérité. Et Jésus a dit: Ego sum veritas: je suis la vérité.

Le chrétien doit avoir soif de savoir. Maniement des sciences les plus abstraites ou habileté technique, tout peut et doit conduire à Dieu. Car il n'est pas de tâche humaine qui ne soit sanctifiable, qui ne soit une occasion de se sanctifier personnellement et de collaborer, avec Dieu, à la sanctification de tous ceux qui nous entourent. Ce n'est pas au fond d'une vallée mais au sommet de la montagne que doit briller la lumière de ceux qui suivent Jésus-Christ: pour que l'on voie vos bonnes oeuvres et que l'on glorifie votre Père qui est dans les cieux .

Travailler ainsi, c'est prier. Etudier ainsi, c'est prier. Faire ainsi de la recherche, c'est prier; nous n'en sortons jamais; tout est prière, tout peut et doit nous mener à Dieu, nourrir ce dialogue continuel avec Lui, du matin au soir. Tout travail digne peut être prière; et tout travail qui est prière est apostolat. C'est ainsi que l'âme s'affermit, dans une unité de vie simple et solide.


11

Je ne voulais pas vous en dire davantage en ce premier dimanche de l'Avent, où nous commençons à compter les jours qui nous separent de la Nativité du Sauveur. Nous avons considéré la réalité de notre vocation chrétienne: nous avons vu comment le Seigneur nous a fait confiance pour rapprocher les âmes de la sainteté, pour les approcher de Lui, pour les unir à l'Eglise, pour étendre le règne de Dieu à tous les coeurs. Le Seigneur nous veut sacrifiés, fidèles, délicats et amoureux. Il nous veut saints et tout à Lui.

D'un côté: l'orgueil, la sensualité, l'ennui et l'égoïsme; de l'autre: l'amour, le dévouement, la miséricorde, l'humilité, le sacrifice et la joie. Tu dois choisir. Tu as été appelé à une vie de foi, d'espérance et de charité. Tu ne peux pas viser moins haut et rester seul et médiocre.

J'ai eu, un jour, l'occasion de voir un aigle enfermé dans une cage de fer: il était sale, à demi déplumé et tenait entre ses serres un bout de charogne. Alors, j'ai pensé à ce qu'il adviendrait de moi si l'abandonnais la vocation que j'ai reçue de Dieu. Cet animal solitaire me faisait de la peine, ainsi enfermé, lui qui était né pour monter bien haut dans le ciel, pour regarder le soleil en face. Nous pouvons nous élever jusqu'aux humbles sommets de l'amour de Dieu et du service de tous les hommes. Mais pour qu'il en soit ainsi, il ne doit y avoir dans notre âme aucun recoin où ne puisse pénétrer le soleil de Jésus. Il nous faut rejeter loin de nous toutes les préoccupations qui nous séparent de Lui: le Christ dans ton intelligence, le Christ sur tes lèvres, le Christ dans ton coeur, le Christ dans tes oeuvres. Toute ta vie —coeur et oeuvres, intelligence et paroles — sera remplie de Dieu.

Ouvrez les yeux et relevez la tête, car le jour de votre Rédemption est proche, avons-nous lu dans l'Evangile. Le temps de l'Avent est un temps d'espérance. Tout le panorama de notre vocation chrétienne, cette unité de vie dont l'axe est la présence de Dieu, Notre Père, peut et doit être pour nous une réalité quotidienne.

Demande cela avec moi à Notre Dame, en imaginant comment elle vivait ces mois dans l'attente du Fils qui allait lui naître. Et Notre Dame, Sainte Marie, fera en sorte que tu sois alter Christus, ipse Christus: un autre Christ, le Christ lui-même!


[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
  Suivant