Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > Vers Jésus, par Marie > Chap 14
139

Un regard sur le monde, un regard au peuple de Dieu, en ce mois de mai qui commence, nous permet de contempler le spectacle de cette dévotion mariale, qui se manifeste par tant de coutumes, anciennes ou nouvelles, mais toutes vécues dans le même esprit d'amour.

Le coeur se réjouit de constater combien la dévotion à la Vierge est toujours vivante, et réveille dans les âmes chrétiennes l'élan surnaturel qui les fait agir comme domestici Dei, comme des membres de la famille de Dieu.

Vous aussi sûrement, lorsque vous voyez, en ce mois, tant de chrétiens exprimer de mille manières différentes leur affection pour la sainte Vierge Marie, vous sentez mieux et votre appartenance à l'Eglise et votre fraternité avec tous ces chrétiens qui sont vos frères. C'est comme une réunion de famille, lorsque les aînés, séparés par la vie, se retrouvent auprès de leur mère à l'occasion d'une fête. Et s'ils se sont parfois disputes, s'ils se sont maltraités, ce jour-là, on n'en parle plus; ce jour-là, ils se sentent unis, ils se retrouvent tous avec une affection commune.

Marie édifie continuellement l'Eglise, elle la rassemble, elle en assure la cohésion. Il est donc difficile d'avoir une véritable dévotion à la sainte Vierge sans se sentir plus uni aux autres membres du Corps Mystique et également à sa tête visible, le Pape. Voilà pourquoi j'aime redire sans cesse: Omnes cum Petro ad Iesum per Mariam!; tous, avec Pierre, vers Jésus, par Marie. Lorsque nous nous reconnaissons ainsi comme des membres à part entière de l'Eglise, invités à nous sentir davantage frères dans la foi, nous découvrons mieux la profondeur de cette fraternité qui nous unit à l'humanité tout entière; en effet l'Eglise a été envoyée par le Christ à toutes les nations et à tous les peuples.

Nous avons tous fait l'expérience de ce que je viens de vous dire: les occasions de constater les effets surnaturels d'une dévotion sincère à la sainte Vierge ne nous ont pas manqué, et chacun d'entre vous pourrait en dire long à ce sujet. Et moi aussi: il me revient en mémoire un pèlerinage que j'ai fait, en 1933, à un sanctuaire de la Vierge, en Castille, à Sonsoles.

Ce n'était pas un pèlerinage au sens habituel du terme, car il n'était ni bruyant, ni massif: nous étions trois. je respecte et j'aime les autres manifestations publiques de piété, mais, personnellement, je préfère essayer d'offrir à Marie une affection et un enthousiasme analogues, au cours de visites personnelles, ou en petits groupes, avec toute la saveur que donne l'intimité.

Donc lors de ce pèlerinage à Sonsoles, je découvris l'origine de ce titre sous lequel on invoque la Vierge. Détail peut-être sans grande importance, mais manifestation filiale de la piété de cette région. La statue de Notre-Dame que l'on vénère en ce lieu demeura cachée quelque temps, à l'époque des luttes entre chrétiens et musulmans, en Espagne. Au bout de quelques années, elle fut découverte par des bergers qui, selon la tradition, s'exclamèrent: “ Quels beaux yeux, ce sont des soleils! "son soles!"


140

Depuis cette année 1933, lors de visites nombreuses et régulières à divers sanctuaires de Notre Dame, j'ai eu l'occasion de réfléchir et de méditer sur la réalité de cette affection que tant de chrétiens portent à la Mère de Jésus. Et j'ai toujours pensé qu'elle consiste à lui rendre amour pour amour, à lui témoigner notre reconnaissance filiale. En effet Marie est étroitement unie à l'incomparable manifestation de l'amour de Dieu qu'est l'Incarnation du Verbe, qui se fit homme comme nous et prit sur Lui le fardeau de nos misères et de nos péchés. Marie, fidèle à la mission divine pour laquelle elle fut créée, a prodigué et prodigue continuellement ses soins aux hommes, tous appelés à être frères de son Fils Jésus. Et la Mère de Dieu est réellement, maintenant aussi, Mère des hommes. Il en est ainsi parce que le Seigneur l'a voulu. L'Esprit Saint a fait en sorte que cela demeurât par écrit, aux yeux de toutes les générations: Près de la Croix de Jésus se tenaient sa mère, la soeur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie de Magdala. Voyant sa mère et près d'elle le disciple qu'Il aimait, Jésus dit à sa mère: “ Femme, voici ton fils . Puis Il dit au disciple: “ Voici ta mère . A partir de cette heure, le disciple la prit chez lui.

Et Jean, le disciple bien-aimé de Jésus, reçoit Marie, l'introduit dans sa maison, dans sa vie. Les auteurs spirituels ont discerné dans ces paroles que nous rapporte le saint Evangile, une invitation adressée à tous les chrétiens, pour qu'eux aussi mettent Marie dans leur vie. En un sens, ces précisions sont presque superflues; il est bien évident que Marie désire que nous l'invoquions, que nous nous approchions d'elle avec confiance, que nous en appelions à son sens maternel, en la priant de “ se montrer notre Mère .

Mais c'est une Mère qui ne se fait pas prier, qui va même jusqu'à devancer nos prières, parce qu'elle connaît nos besoins et vient rapidement à notre aide, en démontrant, par des actes, qu'elle se souvient constamment de ses enfants. Chacun d'entre nous, lorsqu'il évoque sa propre vie et constate à quel point s'y manifeste la miséricorde de Dieu, peut découvrir mille raisons de se sentir fils de Marie à un titre bien spécial.


141

Les passages de la Sainte Ecriture qui nous parlent de Notre Dame, montrent justement comment la Mère de Jésus accompagne son Fils pas à pas en s'associant à sa mission rédemptrice, en se réjouissant et en souffrant avec Lui, en aimant ceux qu'aime Jésus, en s'occupant avec une sollicitude maternelle de tous ceux qui sont à ses cotés.

Rappelons-nous, par exemple, le récit des noces de Cana. Dans la foule des invités d'une de ces bruyantes noces campagnardes où accourent des gens de tous les alentours, Marie s'aperçoit que le vin vient à manquer. Elle seule s'en aperçoit, et immédiatement. Comme ces scènes de la vie du Christ nous paraissent familières! C'est que la grandeur de Dieu se mêle à la vie ordinaire, courante. Et c'est bien le propre d'un femme, d'une maîtresse de maison avisée, que de relever une négligence, d'être attentive aux petits détails qui rendent agréable l'existence humaine; ainsi en est-il de Marie.

Remarquez aussi que c'est Jean qui raconte la scène de Cana. Il est le seul des évangélistes à avoir recueilli ce trait de sollicitude maternelle. Saint Jean veut nous rappeler que Marie a été présente aux débuts de la vie publique du Seigneur. C'est bien la preuve qu'il a su percevoir en profondeur l'importance de cette présence de Notre Dame. Jésus savait à qui il confiait sa Mère: à un disciple qui l'avait aimée, qui avait appris à la chérir comme sa propre mère et qui était capable de la comprendre.

Pensons maintenant à ces Journées qui suivirent l'Ascension, dans l'attente de la Pentecôte. Les disciples remplis de foi par le triomphe du Christ ressuscité et d'un ardent désir de l'Esprit Saint, veulent se sentir unis, et nous les trouvons cum Maria Matre Iesu, avec Marie, la Mère de Jésus. La prière des disciples accompagne celle de Marie, car c'était la prière d'une famille unie.

Cette fois-ci, celui qui nous transmet ce renseignement est saint Luc, l'évangéliste qui s'est le plus étendu sur l'enfance de Jésus. On dirait qu'il veut nous faire bien comprendre que Marie, tout comme elle a joue un rôle de premier plan dans l'Incarnation du Verbe, a également, d'une manière analogue, été présente à l'origine de l'Eglise, qui est le Corps du Christ.

Dès les premiers moments de la vie de l'Eglise, tous les chrétiens qui ont recherché l'amour de Dieu, cet amour qui se révèle à nos yeux et s'incarne en Jésus-Christ, ont trouvé la sainte Vierge sur leur chemin et ont fait de mille manières différentes l'expérience de sa maternelle sollicitude. La Très Sainte Vierge peut être appelée en toute vérité Mère de tous les chrétiens. Saint Augustin l'affirmait en une formule lumineuse: Sa charité fit en sorte que naquissent dans l'Eglise les fidèles, membres de cette tête dont elle est effectivement la mère selon le corps.

Il n'y a donc rien d'étrange à ce que l'un des témoignages les plus anciens de la dévotion à Marie soit justement une oraison pleine de confiance. je fais allusion à cette antienne, composée il y a des siècles, que nous continuons à redire aujourd'hui encore: Nous nous réfugions sous votre protection, sainte Mère de Dieu! Ne vous montrez pas indifférente à nos prières, dans la détresse; mais délivrez-nous sans cesse de tous les dangers, O Vierge glorieuse et bénie!.


142

C'est de manière spontanée, naturelle, que naît en nous le désir de vivre dans l'intimité de la Mère de Dieu, qui est aussi notre Mère; d'avoir avec elle les rapports que nous aurions avec une personne vivante. En effet, la mort n'a pas eu raison de Celle qui, au contraire, se trouve, corps et âme, aux côtes de Dieu le Père, de son Fils, du Saint-Esprit.

Pour comprendre le rôle que joue Marie dans la vie chrétienne, pour nous sentir attirés vers elle, pour rechercher, dans un élan filial, son aimable compagnie, il n'est pas besoin de grandes démonstrations, bien que le mystère de la Maternité divine soit tellement riche que jamais nous n'en considérerons suffisamment le contenu.

La foi catholique a su reconnaître en Marie un signe privilégié de l'amour de Dieu. Dieu nous appelle désormais ses amis; sa grâce opère en nous; elle nous régénère en nous délivrant du péché; elle nous donne la force de pouvoir refléter d'une certaine manière le visage du Christ, au sein même des faiblesses inhérentes à tout être encore pétri de poussière et de misère. Nous ne sommes pas des naufragés auxquels Dieu a promis le salut, car ce salut agit déjà en nous. Nos relations personnelles avec Dieu ne sont pas celles d'un aveugle avide de lumière, qui gémit dans les affres de l'obscurité, mais celles d'un fils qui se sait aimé de son Père.

C'est de cette affection, de cette confiance, de cette sécurité, que nous parle Marie. Voilà pourquoi son nom touche notre coeur. Les rapports de chacun de nous avec sa propre mère peuvent nous servir d'exemple et de modèle pour nos rapports avec la Dame “ au Doux Nom , Marie. Nous devons aimer Dieu avec le coeur avec lequel nous aimons nos parents, nos frères et soeurs, les autres membres de notre famille, nos amis et amies; car nous n'en avons pas d'autre. C'est donc avec ce même coeur, que nous fréquenterons Marie.

Comment se conduit normalement un fils ou une fille avec sa mère ? De mille façons, mais toujours avec affection et confiance; une affection qui revêtira dans chaque cas des formes précises, nées de la vie même, jamais figées dans la froideur. Ce seront, au contraire, des coutumes familiales pleines de chaleur, de petites attentions quotidiennes, de celles que l'enfant se doit d'avoir à l'égard de sa mère, et qui manquent à celle-ci si d'aventure il les oublie: un baiser, une caresse en sortant ou en rentrant à la maison, un petit cadeau, quelques mots affectueux.

Dans nos relations avec notre Mère du Ciel, se retrouvent aussi ces gestes de piété filiale qui expriment notre attitude habituelle envers elle. Bien des chrétiens adoptent l'ancienne coutume du scapulaire, ou bien ils ont pris l'habitude de saluer — point n'est besoin de mots, une pensée suffit — les images de Marie qui se trouvent dans tout foyer chrétien ou qui ornent les rues de bien des villes; ou encore ils récitent la merveilleuse prière qu'est le rosaire, où l'âme ne se lasse point de redire toujours les mêmes choses, pas plus que ne s'en lassent les amoureux quand ils s'aiment, où elle apprend à revivre les moments dominants de la vie du Seigneur; ou bien, enfin, ils s'habituent à consacrer à Notre Dame un jour de la semaine, justement celui où nous sommes réunis, le samedi, en lui offrant une petite attention et en méditant plus particulièrement sur sa maternité.

Il existe bien d'autres dévotions mariales qu'il n'est pas nécessaire de rappeler ici maintenant. Elles n'ont pas besoin d'être toutes incorporées à la vie de chaque chrétien — croître en vie surnaturelle est bien différent d'accumuler purement et simplement des dévotions —mais je dois affirmer en même temps que celui qui n'en vit pas au moins quelques-unes, celui qui ne manifeste pas d'une manière ou d'une autre son amour à Marie, ne possède pas la plénitude de la foi.

Ceux qui trouvent démodées les dévotions envers la Très Sainte Vierge, manifestent qu'ils ont perdu de vue le sens profondément chrétien qu'elles contiennent et qu'ils ont oublié la source dont ils procèdent: la foi en la volonté salvatrice de Dieu le Père, l'amour envers Dieu le Fils, qui s'est réellement fait homme et est né d'une femme, la confiance en Dieu le Saint-Esprit, qui nous sanctifie par sa grâce. C'est Dieu qui nous a donné Marie, et nous n'avons pas le droit de la repousser; nous devons au contraire recourir à elle avec l'amour et la joie des enfants.


143

Considérons attentivement ce point, qui peut nous aider à comprendre des choses très importantes, puisque le mystère de Marie nous fait découvrir que, pour nous approcher de Dieu, il nous faut devenir tout petits. En vérité, je vous le dis — affirme le Seigneur en s'adressant à ses disciples — si vous ne changez pas et ne redevenez pas comme les Petits enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux.

Nous faire tout petits: renoncer à l'orgueil, à l'autosatisfaction; reconnaître que, à nous seuls, nous ne pouvons rien, parce que nous avons besoin de la grace et du pouvoir de Dieu notre Père pour apprendre à cheminer, et pour persévérer dans le chemin. Être petit exige de s'abandonner comme s'abandonnent les enfants, de croire comme croient les enfants, de demander comme demandent les enfants.

Et tout cela s'apprend dans l'intimité de Marie. La dévotion à la Sainte Vierge n'est ni mièvrerie ni manque de virilité: c'est une consolation et une joie intérieure qui comblent l'âme dans la mesure, justement, où cette dévotion suppose une mise en oeuvre profonde et entière de la foi, qui nous fait sortir de nous-mêmes et mettre toute notre espérance dans le Seigneur: Yahvé est mon pasteur — chante un des Psaumes — je ne manque de rien. Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer. Vers les eaux du repos il me mène, il y refait mon âme. Il me guide par le juste chemin pour l'amour de son nom. Passerai-je un ravin de ténèbres, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi.

C'est parce que Marie est Mère que notre dévotion à son égard nous apprend à être enfants, à aimer pour de bon, sans mesure; à être simples, sans les complications nées de l'égoïsme, parce que nous ne pensons qu'à nous-mêmes; à être joyeux, en sachant que rien ne peut détruire notre espérance. Le commencement de ce chemin menant jusqu'à la folle de l'amour de Dieu est un amour confiant envers la Très Sainte Vierge Marie. C'est ce que j'ai écrit, il y a déjà bien longtemps, dans le prologue à des commentaires du saint rosaire. Depuis lors, j'ai pu m'assurer bien souvent de cette vérité. je ne vais pas faire ici de grands raisonnements pour commenter cette idée; le vous inviterai plutôt à en faire l'expérience, à la découvrir vous-mêmes en recherchant avec amour la compagnie de Marie, en lui ouvrant vos coeurs, en lui confiant vos joies et vos peines, en lui demandant de vous aider à connaître et à suivre Jésus.


144

Si vous cherchez Marie, vous trouverez Jésus. Et vous apprendrez à comprendre un petit peu ce qu'il y a dans ce coeur de Dieu qui s'anéantit, qui renonce à manifester son pouvoir et sa majesté, pour se présenter à nous sous la forme d'un esclave. En employant le langage de tous les jours, nous pourrions dire que Dieu dépasse les bornes, puisqu'Il. ne se limite pas à ce qui serait essentiel ou indispensable pour nous sauver; Il va plus loin. L'unique forme de conduite ou de mesure qui nous permet de comprendre tant soit peu cette manière d'agir de Dieu, c'est de nous rendre compte qu'elle manque de mesure, de concevoir à quel point elle naît d'une folie d'amour qui Le pousse à prendre notre chair et à se charger du fardeau de nos pêchés.

Comment serait-il possible que nous nous en rendions compte et que nous percevions combien Dieu nous aime, sans devenir à notre tour fous d'amour ? Il faut laisser ces vérités de notre foi imprégner notre âme jusqu'à ce qu'elles transforment toute notre vie. Dieu nous aime ! Lui, le Tout-Puissant, l'Omnipotent, qui a fait le ciel et la terre.

Dieu va jusqu'à s'intéresser aux plus petits détails concernant ses créatures — vos affaires et les miennes — et il nous appelle un par un, par notre nom. Cette certitude que nous donne la foi nous fait contempler ce qui nous entoure sous un jour nouveau et, bien que tout demeure pareil, nous avons la sensation que tout est différent, parce que tout est expression de l'amour de Dieu.

Notre vie devient alors une prière continuelle, dans une bonne humeur et une paix qui jamais ne s'épuisent, dans un mouvement d'action de grâces s'égrenant au fil des heures. Mon âme exalte le Seigneur, s'exclame Marie, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur, parce qu'il a jeté les yeux sur son humble servante. Oui, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Saint est son nom.

Notre prière à nous peut accompagner et imiter cette prière de Marie. Comme Elle, nous ressentirons le désir de chanter, de proclamer les merveilles de Dieu, pour que l'humanité entière participe à notre bonheur.


145

L'on ne peut avoir avec Marie ces relations filiales et, en même temps, ne penser qu'à soi, à ses propres problèmes. L'on ne peut entrer dans l'intimité de la Sainte Vierge et s'enfermer dans d'égoïstes problèmes personnels. Marie nous conduit à Jésus, et Jésus est primogenitus in multis fratribus, le premier-né d'une multitude de frères. Connaître Jésus, par conséquent, c'est nous rendre compte que notre vie ne peut choisir d'autre orientation que de nous donner totalement au service des autres. Le chrétien ne peut se contenter de s'arrêter à ses problèmes personnels, car il doit vivre en rapport avec l'Eglise universelle, en pensant au salut de toutes les âmes.

Ainsi, même les affaires que nous pourrions considérer comme les plus intimes et privées — le souci de notre progrès intérieur — ne nous sont pas personnelles, car la sanctification forme un tout indissociable avec l'apostolat. Nous devons lutter dans notre vie intérieure pour développer en nous les vertus chrétiennes, en pensant au bien de toute l'Eglise, car nous ne pourrions pas faire le bien et faire connaître le Christ s'il n'y avait en nous un effort sincère pour incarner pratiquement dans notre vie l'enseignement de l'Evangile.

Si nous sommes impregnés de cet esprit, nos prières, même lorsqu'elles commencent par des sujets et des propos en apparence personnels, finissent toujours par s'orienter vers le service des autres. Et si nous cheminons la main dans la main avec la Sainte Vierge, Elle nous fera ressentir notre fraternité avec tous les hommes, car nous sommes tous les enfants de ce Dieu dont Elle est Fille, Epouse et Mère.

Il faut que les problèmes des autres soient nos problèmes; la fraternité chrétienne doit être profondément ancrée dans nos âmes, de sorte que personne ne nous soit indifférent. Marie, la Mère de Jésus, qui l'a nourri, élevé et accompagné durant sa vie sur la terre, et qui maintenant se trouve à ses côtés au Ciel, nous aidera à reconnaître ce Jésus qui passe à côté de nous, et qui se présente à travers les besoins de nos frères les hommes.


146

Lors de ce pèlerinage dont je vous parlais au début, tandis que nous marchions vers le sanctuaire de Sonsoles, nous vînmes à passer le long de champs de blé. Les moissons étincelaient au soleil, ondulées par le vent. Il me vint alors à l'esprit un passage de l'Evangile, ces paroles que le Seigneur adressa au groupe des disciples: Ne dites-vous pas: encore quatre mois, avant que vienne la moisson ? Eh bien! je vous le dis, levez les yeux et voyez: les champs sont blancs pour la moisson. Et je pensai une fois de plus que le Seigneur voulait infuser dans nos coeurs le même élan, le même feu qui dominait le sien. M'écartant un peu du chemin, je cueillis quelques épis pour en garder le souvenir.

Il faut ouvrir les yeux, savoir regarder autour de nous, et reconnaître ces appels que Dieu nous lance à travers ceux qui nous entourent. Nous ne pouvons vivre le dos tourné à la foule, enfermés dans notre petit monde, car ce n'est pas ainsi que vécut Jésus. Les Evangiles nous parlent abondamment de sa miséricorde, de sa capacité de prendre part à la douleur et aux besoins des autres: Il a pitié de la veuve de Naïm;

Il pleure la mort de Lazare, Il se soucie des foules qui Le suivent et qui n'ont rien à manger, et surtout, Il a aussi pitié des pêcheurs, de ceux qui Cheminent de par le monde sans connaître la lumière ni la vérité: En débarquant, Jésus vit une grande foule et en eut pitié, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont pas de berger, et Il se mit à les instruire longuement.

C'est lorsque nous sommes vraiment les fils de Marie que nous comprenons cette attitude du Seigneur, et que notre coeur s'agrandit et devient accessible à la miséricorde. Alors, les souffrances, les misères, les erreurs, la solitude, l'angoisse, la douleur de nos frères les autres hommes nous font souffrir. Alors nous ressentons l'urgence de les aider dans leurs besoins et de leur parler de Dieu, pour qu'ils sachent s'adresser familièrement à Lui, comme des enfants, pour qu'ils puissent apprécier les délicatesses maternelles de Marie.


147

Remplir le monde de lumière, être sel et lumière: c'est ainsi que le Seigneur a décrit la mission de ses disciples. Porter jusqu'aux derniers confins de la terre la bonne nouvelle de l'amour de Dieu. C'est à cela que tous les chrétiens doivent consacrer leur vie, d'une manière ou d'une autre.

J'irai plus loin. Nous devons être consumes par le désir de ne pas demeurer seuls, nous devons encourager les autres à contribuer à cette mission divine d'apporter joie et paix au coeur des hommes. Dans la mesure où vous progresserez, vous-mêmes — écrit saint Grégoire le Grand —, attirez les autres à vous; ayez ce désir d'avoir des compagnons sur votre chemin vers le Seigneur.

Mais souvenez-vous que, cum dormirent hommes, tandis que les hommes s'étaient assoupis, surgit le semeur d'ivraie, comme dit le Seigneur dans l'une de ses paraboles. Nous, les hommes, nous sommes exposés à nous laisser envahir par le sommeil de l'égoïsme et de la superficialité, à laisser notre coeur se disperser en mille expériences éphémères, à esquiver la recherche en profondeur du véritable sens des réalités terrestres. Triste chose que ce sommeil qui étouffe la dignité de l'homme et le rend esclave de la tristesse !

Il est un cas qui doit nous faire souffrir par-dessus tout: celui des chrétiens qui pourraient donner bien davantage et ne se décident pas, qui pourraient se donner à fond, en vivant toutes les conséquences de leur vocation d'enfants de Dieu, mais qui résistent devant la perspective d'être généreux. Cela doit nous faire souffrir, parce que la grâce de la foi ne nous a pas été conférée pour rester cachée, mais bien au contraire, pour briller devant les hommes; parce qu'en outre, c'est la félicité temporelle et éternelle de ceux qui agissent de la sorte qui est alors en jeu. La vie chrétienne est une merveille divine, dotée de promesses immédiates de satisfaction et de sérénité, à condition, toutefois, que nous sachions apprécier le don de Dieu, en étant généreux sans réserves.

Il faut donc réveiller ceux qui ont pu sombrer dans ce mauvais sommeil; il faut leur rappeler que la vie n'est pas un jeu, mais un trésor divin à faire fructifier. Il faut également montrer le chemin à ceux qui sont pleins de bonne volonté et de louables désirs, mais ne savent pas comment les mettre en pratique. Le Christ nous presse: chacun de vous doit être non seulement apôtre, mais apôtre d'apôtres, qui entraine les autres, qui les incite à faire connaître Jésus-Christ, eux aussi.


148

Certains se demanderont peut-être comment, de quelle manière, ils peuvent communiquer cette connaissance du Christ aux autres. je vous répondrai: avec naturel, avec simplicité, en vivant exactement comme vous le faites au milieu du monde, adonnés que vous êtes à votre travail professionnel et au soin de votre famille, en prenant part à toutes les aspirations nobles des hommes, en respectant la légitime liberté de chacun.

Voilà presque trente ans maintenant que le Seigneur a mis dans mon coeur le désir ardent de faire comprendre cette doctrine à des personnes d'états de vie, de conditions et d'occupations les plus varies: la vie ordinaire peut être sainte et remplie de Dieu, le Seigneur nous appelle à sanctifier nos taches habituelles, parce que la aussi réside la perfection chrétienne. Pensons-y une fois de plus, tout en contemplant la vie de Notre Dame.

N'oublions pas que la presque totalité des journées que Marie a passées sur cette terre se sont déroulées d'une manière bien semblable aux journées de millions d'autres femmes, consacrées elles aussi à leur famille, à l'éducation de leurs enfants, aux tâches du foyer à mener à bien. De tout cela, Marie sanctifie jusqu'au plus petit détail, à ce que beaucoup considèrent à tort comme insignifiant et sans valeur: le travail de chaque jour, les attentions à l'égard des personnes aimées, les conversations et les visites de parents ou d'amis. Vie ordinaire bénie, qui peut être tellement pleine d'amour de Dieu!

Car voila ce qui explique la vie de Marie: son amour. Un amour pousse à l'extrême, jusqu'à l'oubli total de soi, toute contente qu'elle était de se trouver à sa place, là où Dieu la voulait, dans l'accomplissement total de la volonté divine. C'est pourquoi le plus petit de ses gestes n'est jamais banal, mais apparaît, au contraire comme plein de signification. Marie, Notre Mère, est pour nous un exemple et un chemin. Il nous appartient d'essayer d'être comme Elle, dans les circonstances précises où Dieu a voulu que nous vivions.

En agissant de la sorte, nous donnerons à ceux qui nous entourent le témoignage d'une vie simple et normale, non exempte des limitations et des défauts propres à notre humaine mais pourtant cohérente condition. En nous voyant égaux à eux en toute chose, les autres se sentiront invités à nous demander: “ Comment s'explique votre joie? D'où tirez-vous des forces pour vaincre égoïsme et commodité? Qui vous apprend cette compréhension, cette bonne entente pleine de franchise, cet esprit de service et ce don de vous-même aux autres ?

C'est alors le moment de leur découvrir le secret divin de l'expérience chrétienne, de leur parler de Dieu, du Christ, du Saint-Esprit, de Marie. C'est le moment d'essayer de transmettre, à travers notre pauvre langage, la folie de l'amour de Dieu que la grace a répandue dans nos coeurs.


149

Saint Jean nous rapporte, dans son Evangile, une merveilleuse expression de la Vierge, au cours d'une scène que nous avons déjà évoquée, les noces de Cana. L'évangéliste nous raconte qu'en s'adressant aux serviteurs, Marie leur recommanda: Tout ce qu'Il vous dira, faites-le. C'est bien de cela qu'il s'agit: amener les âmes à rencontrer Jésus face à face et à Lui demander: Domine, quid me vis facere?, Seigneur, que veux-tu que je fasse ?

L'apostolat chrétien — et je me réfère ici, concrètement, à celui d'un chrétien courant, à celui d'un homme ou d'une femme qui vit sans être rien de plus que ses semblables — est une grande catéchèse où, grâce aux rapports personnels et à une amitié loyale et authentique, on éveille chez les autres la faim de Dieu, et où on les aide à découvrir de nouveaux horizons; avec naturel, avec simplicité, vous ai-je dit, par l'exemple d'une foi vécue à fond, par la parole aimable mais toute pleine de la force de la vérité divine.

Vous pouvez compter sur l'aide de Marie, Regina apostolorum. Notre Dame, sans cesser pour autant de se comporter comme une Mère, sait placer ses enfants devant leurs responsabilités précises. Ceux qui s'approchent d'elle et contemplent sa vie, Marie accepte toujours de les mener à la Croix, de leur faire contempler face à face l'exemple du Fils de Dieu. Et dans ce face à face où se décide la vie chrétienne, Marie intercède pour que notre conduite aboutisse à la réconciliation du petit frère — toi et moi — avec le Fils Premier-né du Père.

Nombre de conversions, nombre de décisions de se donner tout entier au service de Dieu ont été précédées d'une rencontre avec Marie. Notre Dame a suscité dans ces âmes un désir de dépassement et elle a stimulé maternellement cette inquiétude; c'est elle qui les a fait aspirer à un changement, à une vie nouvelle. Voilà comment ce “ tout ce qu'Il vous dira, faites-le , devient réalité: don amoureux, vocation chrétienne qui illumine dès lors toute notre vie personnelle.

Ce moment de conversation devant le Seigneur, où nous avons médite sur la dévotion et l'affection envers sa Mère, qui est aussi la notre, nous pouvons le conclure en ravivant notre foi. Le mois de mai vient de commencer. Le Seigneur désire que nous ne manquions pas cette occasion de croître en son Amour grâce à cette intimité avec sa Mère. Sachons avoir chaque jour à son égard des attentions d'enfants petites choses, manifestations de délicatesse — qui deviendront de grandes réalités, en fait, de sainteté personnelle et d'apostolat, c'est-à-dire le désir ardent de contribuer sans relâche au salut que le Christ est venu apporter au monde.

Sancta Maria, spes nostra, ancilla Domini, sedes Sapientiae, ora pro nobis!, Sainte Marie, notre espérance, servante du Seigneur, siège de la sagesse, priez pour nous!


[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Suivant