Josemaría Escrivá Obras
112

Rien ne peut être étranger au zèle du Christ. Si nous cherchons la profondeur théologique, c'est-à-dire si nous ne nous limitons pas à un classement fonctionnel mais raisonnons avec rigueur, nous ne pourrons pas dire qu'il y ait des réalités — bonnes, nobles, voire indifférentes — exclusivement profanes, dès lors que le Verbe de Dieu a fixé sa demeure parmi les enfants des hommes, dès lors qu'Il a eu faim et soif, qu'Il a travaillé de ses mains, qu'Il a connu l'amitié et l'obéissance, qu'Il a éprouvé la douleur et subi la mort. Car chez le Christ, Dieu s'est plu à faire habiter en Lui toute la Plénitude et par Lui à réconcilier tous les êtres pour Lui, aussi bien sur la terre que dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix.

Nous devons aimer le monde, le travail, les réalités humaines, car le monde est bon; c'est le pêche d'Adam qui a brisé la divine harmonie de la création. Mais Dieu le Père a envoyé son Fils unique pour rétablir la paix, afin que nous, devenus ses enfants d'adoption, nous puissions libérer la création du désordre et réconcilier toutes choses avec Dieu.

Aucune situation humaine ne saurait se répéter; chacune est le fruit d'une vocation unique qui doit être vécue avec intensité et dans laquelle l'esprit du Christ doit être réalisé. Ainsi, en vivant chrétiennement parmi nos égaux, une vie ordinaire, mais conforme à notre foi, nous serons le Christ présent parmi les hommes.

Précédent Voir le chapitre Suivant