Josemaría Escrivá Obras
113

Lorsque nous considérons la dignité de la mission à laquelle Dieu nous appelle il se peut que l'âme humaine en conçoive de la présomption, de l'orgueil. Fausse vision de la vocation chrétienne que cette vision aveugle, qui nous fait oublier que nous sommes faits de boue, que nous sommes poussière et misère, que non seulement le mal est dans le monde, autour de nous, mais encore qu'il est en nous, qu'il loge dans notre coeur même et qu'il nous rend capables de vilenies et d'égoïsmes. Seule la grâce de Dieu est un rocher solide; nous ne sommes que sable, que sable mouvant.

Si l'on parcourt l'histoire des hommes et si l'on analyse la situation actuelle du monde, on souffre de voir qu'après vingt siècles il y a si peu de gens à s'appeler chrétiens et que ceux qui se parent de ce nom sont si souvent infidèles à leur vocation. Voici quelques années, une personne qui ne manquait pas de coeur, mais qui n'avait pas la foi, me montrait une mappemonde et me disait: Vous avez là l'échec du Christ! Depuis tant de siècles qu'Il essaie de mettre sa doctrine dans l'âme des hommes, voyez les résultats: il n'y a pas de chrétiens.

Il ne manque pas de gens pour penser ainsi, de nos jours encore. Mais le Christ n'a pas échoué: sa parole et sa vie fécondent constamment le monde. L'oeuvre du Christ, la tache que son Père Lui a confiée, sont en train de se réaliser: sa force traverse l'histoire, y apportant la vraie vie, et quand toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même se soumettra à Celui qui lui a tout soumis, afin que Dieu soit tout en tous.

Dans cette tâche qu'Il accomplit dans le monde, Dieu a voulu que nous soyons ses coopérateurs, Il a voulu courir le risque résultant de notre liberté. je suis touché jusqu'au fond de l'âme par la figure de Jésus, nouveau-né, à Bethléem: elle est celle d'un enfant faible et sans défense, incapable d'offrir la moindre résistance. Dieu se livre aux mains des hommes, s'approche et s'abaisse jusqu'à nous.

Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu. Mais Il s'anéantit Lui-même, prenant la condition d'esclave. Dieu condescend à se mettre au niveau de notre liberté, de notre imperfection, de nos misères. Il consent à ce que les trésors divins soient portés dans des vases d'argile, à ce que nous Le fassions connaître en mêlant nos déficiences humaines à sa force divine.

Précédent Voir le chapitre Suivant