Josemaría Escrivá Obras
145

L'on ne peut avoir avec Marie ces relations filiales et, en même temps, ne penser qu'à soi, à ses propres problèmes. L'on ne peut entrer dans l'intimité de la Sainte Vierge et s'enfermer dans d'égoïstes problèmes personnels. Marie nous conduit à Jésus, et Jésus est primogenitus in multis fratribus, le premier-né d'une multitude de frères. Connaître Jésus, par conséquent, c'est nous rendre compte que notre vie ne peut choisir d'autre orientation que de nous donner totalement au service des autres. Le chrétien ne peut se contenter de s'arrêter à ses problèmes personnels, car il doit vivre en rapport avec l'Eglise universelle, en pensant au salut de toutes les âmes.

Ainsi, même les affaires que nous pourrions considérer comme les plus intimes et privées — le souci de notre progrès intérieur — ne nous sont pas personnelles, car la sanctification forme un tout indissociable avec l'apostolat. Nous devons lutter dans notre vie intérieure pour développer en nous les vertus chrétiennes, en pensant au bien de toute l'Eglise, car nous ne pourrions pas faire le bien et faire connaître le Christ s'il n'y avait en nous un effort sincère pour incarner pratiquement dans notre vie l'enseignement de l'Evangile.

Si nous sommes impregnés de cet esprit, nos prières, même lorsqu'elles commencent par des sujets et des propos en apparence personnels, finissent toujours par s'orienter vers le service des autres. Et si nous cheminons la main dans la main avec la Sainte Vierge, Elle nous fera ressentir notre fraternité avec tous les hommes, car nous sommes tous les enfants de ce Dieu dont Elle est Fille, Epouse et Mère.

Il faut que les problèmes des autres soient nos problèmes; la fraternité chrétienne doit être profondément ancrée dans nos âmes, de sorte que personne ne nous soit indifférent. Marie, la Mère de Jésus, qui l'a nourri, élevé et accompagné durant sa vie sur la terre, et qui maintenant se trouve à ses côtés au Ciel, nous aidera à reconnaître ce Jésus qui passe à côté de nous, et qui se présente à travers les besoins de nos frères les hommes.

Précédent Voir le chapitre Suivant