Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > Le jour de la Fête-Dieu > Point 153
153

Jésus se cache dans le Très Saint Sacrement de l'autel pour que nous osions L'approcher, pour être notre aliment, afin que nous ne fassions qu'un avec Lui. Quand Il a dit sans moi vous ne pouvez rien, Il n'a pas condamné le chrétien à l'inefficacité et ne l'a pas contraint à une quête ardue et difficile de sa Personne. Il est reste parmi nous, totalement disponible.

Lorsque nous nous réunissons devant l'autel tandis que se célèbre le saint Sacrifice de la Messe, lorsque nous contemplons la sainte Hostie exposée dans l'ostensoir, ou lorsque nous l'adorons, cachée dans le Tabernacle, nous devons raviver notre foi, penser à cette existence nouvelle qui vient à nous et nous émouvoir de l'affection et de la tendresse de Dieu.

Ils se montraient assidus à l'enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. C'est ainsi que les Ecritures décrivent la conduite des premiers chrétiens: rassemblés par la foi des Apôtres dans une unité parfaite, lorsqu'ils participaient à l'Eucharistie, d'un seul coeur dans la prière. Foi, Pain, Parole.

Jésus, dans l'Eucharistie, nous garantit avec certitude sa présence en notre âme; son pouvoir, qui soutient le monde; ses promesses de salut, qui aideront la famille humaine, quand viendra la fin des temps, à habiter pour toujours dans la maison du Ciel, autour de Dieu le Père, de Dieu le Fils et de Dieu le Saint-Esprit, Très Sainte Trinité, Dieu Unique. C'est notre foi tout entière qui intervient lorsque nous croyons en Jésus, en sa présence réelle sous les apparences du pain et du vin.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant