Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > Le jour de la Fête-Dieu > Point 157
157

Jésus, vous disais-je au début, est le semeur. Et c'est avec les chrétiens qu'Il poursuit ses semailles divines. Le Christ presse le blé dans ses mains blessées, il l'imbibe de son sang, le lave, le purifie et le lance dans le sillon qu'est le monde. Il jette les grains un à un pour que chaque chrétien, dans son milieu, témoigne de la fécondité de la Mort et de la Résurrection du Seigneur.

Si nous sommes dans les mains du Christ, nous devons nous imprégner de son sang rédempteur, le laisser nous lancer à la volée, accepter notre vie telle que Dieu la veut. Et nous convaincre que, pour donner du fruit, la semence doit être enterrée et mourir. La tige s'élève ensuite et l'épi apparaît. De l'épi viendra le pain, que Dieu transformera en Corps du Christ. Nous nous unissons ainsi de nouveau à Jésus, qui a été notre semeur. Puisqu'il n'y a qu'un seul pain, à nous tous nous ne formons qu'un corps, car tous nous avons part à ce pain unique.

Ne perdons jamais de vue qu'il ne saurait y avoir de fruit si auparavant il n'y a pas eu de semailles. Il est donc nécessaire de répandre généreusement la Parole de Dieu, de faire en sorte que les hommes connaissent le Christ et que Le connaissant, ils aient faim de Lui. Cette Fête-Dieu — fête du Corps du Christ, Pain de vie — est une bonne occasion pour méditer sur les différentes sortes de faim que l'on rencontre chez les gens: faim de vérité, de justice, d'unite et de paix. A ceux qui ont faim de paix nous répétons avec saint Paul: le Christ est notre paix, pax nostra. Ceux qui cherchent la vérité doivent nous faire rappeler que Jésus est le chemin, la vérité et la Vie. Quant à ceux qui aspirent à l'unité, nous les mettrons en présence du Christ qui prie pour que nous soyons consummati in unum, consommés dans l'unité. La faim de justice doit nous conduire à la source première de la concorde entre les hommes: être et se savoir enfants du Père, frères.

Paix, vérité, unité, justice. Comme il semble difficile parfois de surmonter les barrières qui s'opposent à la bonne entente entre les hommes. Et pourtant nous, les chrétiens, nous sommes appelés à réaliser ce grand miracle de la fraternité: obtenir, avec la grâce de Dieu, que les hommes se traitent chrétiennement, en portant les uns les fardeaux des autres, en vivant le commandement de l'Amour, qui est le lien de la perfection et le résumé de la loi.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant