Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > Le jour de la Fête-Dieu > Point 158
158

Nous ne pouvons pas nous cacher qu'il reste beaucoup à faire. Un jour, contemplant peut-être la douce ondulation des épis déjà mûrs, Jésus dit à ses disciples: la moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux; priez donc le Maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson. Maintenant comme alors, on continue de manquer d'ouvriers qui acceptent de supporter le poids du jour et de la chaleur. Et si nous, qui travaillons, nous ne sommes pas fidèles, il arrivera ce qu'écrit le prophète Joël: La campagne est ravagée, les glèbes sont en deuil. Car les blés sont ravagés, le moût fait défaut, l'huile fraîche tarit. Soyez consternes, laboureurs, lamentez-vous, vignerons, sur le froment et sur l'orge, car elle est perdue la moisson des champs.

Il n'y a pas de récolte si l'on n'est pas dispose à accepter généreusement un travail constant qui peut devenir long et fatigant: labourer la terre, semer la semence, prendre soin des champs, faire la moisson et le battage... C'est dans l'histoire, c'est dans le temps que se construit le Royaume de Dieu. Le Seigneur nous a confié cette tâche à tous, et aucun de nous ne peut s'en sentir exempté. En adorant et en regardant aujourd'hui le Christ dans l'Eucharistie, pensons que l'heure du repos n'est pas encore venue, que la journée continue.

Il est dit dans le livre des Proverbes que qui cultive sa terre sera rassasie de pain. Essayons de nous appliquer le sens spirituel de ce passage: celui qui ne laboure pas le champ de Dieu, celui qui n'est pas fidèle à la mission divine de se donner aux autres, en les aidant à connaître le Christ, pourra difficilement comprendre ce qu'est le Pain Eucharistique. Personne n'attache de prix à ce qui ne lui a pas coûté d'effort. Pour apprécier et aimer la Sainte Eucharistie, il est nécessaire de parcourir le chemin du Christ: être blé, mourir à nous-mêmes, renaître pleins de vie et donner du fruit en abondance: cent pour un !.

Ce chemin se résume en un seul mot: aimer. Aimer, c'est avoir le coeur grand, ressentir les préoccupations de ceux qui nous entourent, savoir pardonner et comprendre: se sacrifier, avec Jésus-Christ, pour toutes les âmes. Si nous aimons avec le coeur du Christ, nous apprendrons à servir et nous défendrons la vérité avec clarté et amour. Pour aimer de la sorte, il faut que chacun de vous extirpe de sa vie personnelle tout ce qui gêne la vie du Christ en lui: le goût du confort, la tentation de l'égoïsme, la tendance à briller. Ce n'est qu'en reproduisant en nous cette vie du Christ que nous pourrons la transmettre aux autres; ce n'est qu'en faisant l'expérience de la mort du grain de blé que nous pourrons travailler dans les entrailles de la terre, la transformer de l'intérieur, la rendre féconde.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant