Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > Le jour de la Fête-Dieu > Point 159
159

Peut-être pouvons-nous parfois être tentés de penser que tout cela est aussi beau qu'un rêve irréalisable. Je vous ai parlé de renouveler votre foi et votre espérance; demeurez fermes, pleinement assures que nos désirs seront combles par les merveilles de Dieu. Mais il est indispensable que nous nous amarrions réellement à la vertu chrétienne de l'espérance.

Ne nous habituons pas aux miracles qui se réalisent devant nous: ce prodige admirable du Seigneur qui descend chaque jour dans les mains du prêtre. Jésus veut que nous soyons en éveil pour que nous nous convainquions de la grandeur de sa puissance, et pour que nous entendions de nouveau sa promesse: venite post me, et faciam vos fieri piscatores hominum, si vous me suivez, je vous ferai pêcheurs d'hommes, vous serez efficaces et vous attirerez les âmes à Dieu. Nous devons donc avoir confiance en ces paroles du Seigneur, monter dans la barque, saisir les rames, hisser les voiles et nous lancer dans cette mer du monde que le Christ nous remet en héritage. Duc in altum et laxate retia vestra in capturam !: naviguez vers le large, et jetez vos filets pour pêcher.

Ce zèle apostolique que le Christ a mis dans notre coeur ne doit pas s'épuiser — s'éteindre — sous l'effet d'une fausse humilité. S'il est vrai que nous traînons nos misères personnelles, il n'est pas moins vrai que le Seigneur tient compte de nos erreurs. Le fait que les hommes soient des créatures, avec des limites, des faiblesses, des imperfections et l'inclination au péché, n'échappe pas à son regard miséricordieux. Mais Il nous ordonne de lutter, de reconnaître nos défauts; non pour nous en effrayer, mais pour nous repentir et susciter en nous le désir d'être meilleurs.

Nous devons en outre nous rappeler toujours que nous ne sommes que des instruments. Qu'est-ce donc qu'Apollos ? Et qu'est-ce que Paul ? Des serviteurs par qui vous avez embrassé la foi, et chacun d'eux pour la part que le Seigneur lui a donnée. Moi, j'ai planté, Apollos a arrose; mais c'est Dieu qui donnait la croissance. La doctrine, le message que nous devons répandre, a en lui-même une fécondité infinie, qui ne vient pas de nous, mais du Christ. C'est Dieu lui-même qui s'est engagé à réaliser l'oeuvre du salut, à racheter le monde.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant