Josemaría Escrivá Obras
165

Jésus sur la Croix, le coeur transpercé d'Amour pour les hommes; voilà une réponse éloquente — les paroles sont superflues — à notre question sur la valeur des choses et des personnes. Les hommes, leur vie, leur bonheur ont une telle valeur que le Fils de Dieu Lui-même se livre pour les racheter, les purifier, les élever. Qui sera incapable d'aimer son Coeur si meurtri ? se demandait, face à cela, une âme contemplative. Qui donc ne rendra Amour pour Amour? — poursuivait-elle —. Qui n'étreindra un Coeur si pur? Nous qui sommes de chair, nous paierons Amour pour Amour, nous étreindrons notre blesse, celui dont les impies ont transperce les mains et les pieds, le coté et le Coeur. Prions pour qu'Il daigne ceindre notre coeur des liens de son amour et le frapper d'une lance, car il est encore plein de rudesse, inaccessible au repentir.

Ce sont là, depuis toujours, des pensées, des sentiments riches d'affection, des propos que les âmes vibrantes d'amour ont adresse à Jésus. Mais pour bien comprendre ce langage, pour savoir vraiment ce qu'est le coeur humain, le Coeur du Christ et l'amour de Dieu, nous avons besoin de foi, nous avons besoin d'humilité. C'est dans sa foi et son humilité que saint Augustin nous a légué ces paroles fameuses dans tout l'univers: Tu nous a créés, Seigneur, pour être à toi, et notre pas de repos jusqu'à ce qu'il repose coeur ne connaît en toi.

Lorsqu'il fait bon marché de l'humilité, l'homme s'arroge le droit de prendre possession de Dieu, mais il ne le fait pas selon cette voie divine que le Christ Lui-même nous a ouverte en disant: Prenez et mangez, car ceci est mon Corps: il s'efforce, au contraire, de réduire la grandeur divine à ses dimensions purement humaines. La raison, cette froide et aveugle raison qui n'est ni l'intelligence procédant de la foi, ni la droite intelligence de la créature capable de goûter et d'aimer les choses, devient déraison pour qui veut tout soumettre à la pauvreté de ses expériences habituelles, lesquelles rapetissent la vérité surhumaine et revêtent le coeur de l'homme d'une caparace qui le rend insensible aux motions de l'Esprit Saint. Notre pauvre intelligence serait perdue sans le mystérieux pouvoir de Dieu qui fait éclater les frontières de notre misère: Et je vous donnerai un coeur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau, j'ôterai de votre chair le coeur de pierre et je vous donnerai un coeur de chair. Alors notre âme retrouvera la lumière et se remplira de joie, à la vue des promesses de l'Ecriture Sainte.

Car je sais, moi, le dessein que je forme pour vous, oracle de Yahvé —, dessein de paix et non de malheur, a déclaré le Seigneur par la bouche du prophète Jérémie. La liturgie applique ces paroles à Jésus, parce qu'il nous apparaît clairement que c'est en Lui que Dieu nous aime de cette manière. Il ne vient pas nous condamner, nous jeter à la face notre indigence, notre mesquinerie: Il vient nous sauver, nous pardonner, nous excuser, nous apporter la paix et la joie.

Si nous acceptons cette merveilleuse relation entre le Seigneur et ses enfants, nos coeurs changeront nécessairement. Nous découvrirons, sous nos yeux, un panorama absolument nouveau, tout en relief, en profondeur et en lumière.

Précédent Voir le chapitre Suivant