Josemaría Escrivá Obras
166

Mais notez bien que Dieu ne nous dit pas: au lieu de votre coeur, je vous donnerai la volonté d'un pur esprit. Non. Il nous donne un coeur, et un coeur de chair, comme celui du Christ.

Je n'ai pas un coeur pour aimer Dieu et un autre pour aimer autrui, en ce monde. C'est avec le même coeur qui m'a fait aimer mes parents et qui m'a fait aimer mes amis que j'aime le Christ, le Père, l'Esprit Saint et Sainte Marie. je ne me lasserai jamais de le répéter: nous devons être très humains; sinon, nous ne pourrions pas non plus être divins.

L'amour humain, l'amour d'ici-bas, sur cette terre, nous aide, lorsqu'il est authentique, à savourer l'amour divin. Nous entrevoyons ainsi l'amour qui nous fera jouir de Dieu et celui qui nous unira là-haut, dans le ciel, lorsque le Seigneur sera tout en tous. Si nous commençons à comprendre ce qu'est l'amour divin, nous inclinerons à nous montrer en toutes occasions plus disposés à la compassion, à la générosité, au don de nous-mêmes.

Nous devons donner ce que nous avons reçu, apprendre aux autres ce que nous avons appris; les faire participer — sans vanité, avec simplicité — à cette connaissance de l'amour du Christ. En réalisant chacun votre travail, en exerçant votre profession dans la société, vous pouvez et vous devez transformer totalement vos occupations en occasions de servir. Ce travail soigneusement achevé, qui progresse en faisant progresser, qui tient compte des découvertes de la culture et de la technique, remplit une importante fonction, au profit de l'humanité tout entière, pour peu que nous soyons mus par la générosité et non par l'égoïsme, par le désir du bien de tous et non par le profit personnel: c'est-à-dire s'il est impregné d'un sens chrétien de l'existence.

Au sein de ce travail, dans la trame même des relations humaines, vous devez faire preuve de la charité du Christ et de ses fruits d'amitié, de compréhension, d'affection humaine, de paix. De même que le Christ est passe en faisant le bien sur tous les chemins de Palestine, vous devez vous aussi répandre avec générosité une semence de paix tout au long de ces chemins humains qui sont la famille, la société civile, les relations nées de votre travail quotidien, la culture, les loisirs. Ce sera la meilleure preuve de ce qu'en votre coeur s'est instauré le Royaume de Dieu: Nous savons, nous, que nous sommes passes de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères écrit l'apôtre saint Jean.

Mais nul ne vit de cet amour s'il ne se forme à l'école du Coeur du Christ. Ce n'est qu'en fixant notre regard sur le Coeur du Christ, et en le contemplant, que nous arriverons à libérer le nôtre de la haine et de l'indifférence: ce n'est qu'ainsi que nous saurons réagir d'une manière chrétienne aux souffrances et à la douleur d'autrui.

Rappelez-vous la scène que nous décrit saint Luc, lorsque le Christ approchait de la ville de Naïm. Jésus observait ce cortège endeuillé qu'il croisait par hasard. Il aurait pu passer outre, ou bien attendre un appel, une requête. Pourtant Il ne s'éloigna ni ne demeura dans l'attente. Il prit l'initiative, touché par l'affliction d'une veuve qui avait perdu le seul être qui lui restait, son fils.

L'évangéliste précise que Jésus fut touché de compassion: Il a peut-être été envahi par une émotion sensible, à la mort de Lazare. Jésus n'était pas, Jésus n'est pas insensible à la douleur. Il ne l'est pas non plus à celle qui naît de l'amour, pas plus qu'Il ne prend plaisir à séparer les enfants des parents: Il exerce son pouvoir sur la mort pour donner la vie, afin que ceux qui s'aiment restent proches les uns des autres, en exigeant avant, et en même temps, la prééminence due à l'Amour divin qui doit marquer toute existence authentiquement chrétienne.

Le Christ sait bien qu'une multitude l'entoure qui, saisie par le miracle, proclamera l'événement dans toute la contrée. Mais le Seigneur n'agit pas par artifice, pour la beauté du geste: Il se sent, tout simplement, affecté par la souffrance de cette femme, et Il ne peut s'empêcher de la consoler. Il s'approcha d'elle en disant en effet: ne pleure pas. Cela revenait à lui dire: je ne veux pas te voir en pleurs, car je suis venu sur cette terre pour apporter la joie et la paix. Ensuite vient le miracle, cette manifestation du pouvoir du Christ-Dieu. Mais c'est bien avant que son âme a ressenti cette émotion, signe manifeste de la tendresse du Coeur du Christ-Homme.

Précédent Voir le chapitre Suivant