Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > La sainte Vierge cause de notre joie > Point 176
176

La meilleure manière de ne jamais perdre notre audace apostolique, cette soif authentique de servir tous les hommes, n'est autre que la plénitude de la vie de foi, d'espérance et d'amour; en un mot, la sainteté. je ne vois pas d'autre recette que celle-là: la sainteté personnelle.

Aujourd'hui, en union avec toute l'Eglise, nous célébrons le triomphe de la Mère, de la Fille et de l'Epouse de Dieu. Et, tout comme nous nous réjouissons, au moment de la Résurrection du Seigneur, trois jours après sa mort, nous nous réjouissons maintenant parce que Marie, après avoir accompagné Jésus de Bethléem à la Croix, est à côte de Lui, avec son corps et avec son âme, et jouit de la gloire pour toute l'éternité. Telle est la mystérieuse économie divine: Notre Dame, en raison de sa participation complète à l'oeuvre de notre salut, devait suivre de près les pas de son Fils: la pauvreté de Bethléem, la vie cachée de travail ordinaire à Nazareth, la manifestation de la divinité à Cana de Galilée, les outrages de la Passion, le divin Sacrifice de la Croix et l'éternelle béatitude du Paradis.

Tout cela nous concerne directement, car ce chemin surnaturel doit être aussi le nôtre. Marie nous montre que cette vole est praticable et qu'elle est sûre. Elle nous a précédé sur le chemin de l'imitation du Christ, et la glorification de Notre Mère représente pour nous la ferme espérance de notre salut. C'est pourquoi nous l'appelons spes nostra et causa nostrae laetitiae, notre espérance et la cause de notre joie.

Nous ne pourrons jamais perdre l'assurance d'arriver à être saints, de répondre aux appels de Dieu, et de persévérer jusqu'au bout. Dieu, qui a commencé en nous l'oeuvre de notre sanctification, la mènera à son terme. Car si le Seigneur est pour nous, qui peut être contre nous ? Lui qui n'a pas épargne son propre Fils, mais L'a livré pour nous tous, comment ne nous fera-t-Il pas don de tout avec Lui ?

En cette fête, tout nous invite à la joie. La ferme espérance de notre sainteté personnelle est un don de Dieu. Mais l'homme ne peut demeurer passif. Rappelez-vous ces mots du Christ: Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renonce lui-même, qu'il prenne sa croix chaque jour et qu'il me suive. Vous voyez? La croix, chaque jour. Nulla dies sine cruce! pas un jour sans la Croix: pas une seule journée sans nous charger de la croix du Seigneur, sans prendre sur nous son joug. C'est pourquoi je n'ai pas voulu omettre non plus de vous rappeler que la joie de la Résurrection est la conséquence de la douleur de la Croix.

N'ayez crainte, cependant, car le Seigneur lui-même nous a dit: Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau: c'est moi qui vous soulagerai. Prenez sur vous mon joug et mettez-vous à mon école:je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du soulagement pour votre être, car mon joug est agréable et mon fardeau léger. Venez — commente saint Jean Chrysostome —, non pas pour rendre compte mais pour être délivres de vos péchés venez, car je n'ai pas besoin de votre gloire, celle que vous pouvez m'apporter: j'ai besoin de votre salut... n'ayez pas peur, en entendant parler de joug, car il est doux; n'ayez pas peur si je parle de fardeau, car il est léger.

Le chemin de notre sanctification personnelle passe, chaque jour, par la Croix: ce n'est pas un chemin morose, car c'est le Christ lui-même qui nous aide: et avec Lui il n'y a pas de place pour la tristesse. In laetitia, nulla dies sine cruce! me plaît-il de répéter; avec l'âme débordante de joie, pas un jour sans la Croix.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant