Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > Le triomphe du Christ dans l'humilité > Point 19
19

Je ne m'écarte pas de la vérité la plus rigoureuse, si je vous dis que, maintenant, Jésus continue à chercher une place dans notre coeur. Nous devons lui demander pardon pour notre aveuglement, pour notre ingratitude. Nous devons lui demander la grâce de ne jamais plus lui fermer notre âme.

Le Seigneur ne nous cache pas que cette obéissance soumise à la volonté de Dieu exige renoncement et générosité, car l'Amour ne demande pas de droits: ce qu'il veut, c'est servir. C'est le Seigneur qui, le premier, a parcouru ce chemin avec amour. Jésus, comment as-tu obéi? Usque ad mortem, mortem autem crucis: jusqu'à la mort, et à la mort sur la croix. Il faut sortir de soi-même, se compliquer la vie, la perdre par amour de Dieu et des âmes. Voici que tu voulais vivre et tu voulais que rien ne t'arrive; mais Dieu en a décidé autrement. Il y a deux volontés: la tienne doit être corrigée, pour s'identifier à la volonté de Dieu, et non pas celle de Dieu infléchie pour s'accommoder à la tienne.

J'ai vu avec joie beaucoup d'âmes risquer leur vie comme toi Seigneur, usque ad mortem —, pour accomplir ce que la volonté de Dieu leur demandait: elles ont mis leurs idéaux et leur travail professionnel au service de l'Eglise, pour le bien de tous les hommes.

Apprenons à obéir, apprenons à servir: il n'y a pas de plus grande dignité que de vouloir s'adonner volontairement au service des autres. Lorsque nous sentons bouillonner en nous l'orgueil, cette superbe qui nous fait voir en nous des surhommes, c'est alors qu'il faut dire non, dire que notre seul triomphe doit être celui de l'humilité. C'est ainsi que nous nous identifierons au Christ sur la Croix — non pas irrités, inquiets ou de mauvais gré, mais joyeux —, car cette joie dans l'oubli de soi-même est la meilleure preuve d'amour qui soit.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant