Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > Dans l'atelier de Joseph > Point 50
50

Pour vivre ainsi, pour sanctifier sa profession, il faut avant tout bien travailler, avec tout le sérieux humain et surnaturel nécessaire. je veux vous rappeler maintenant, par contraste, ce que raconte l'un des anciens récits des évangiles apocryphes: Le père de Jésus, qui était charpentier, fabriquait des socs et des jougs. Un jour —continue le recit —, on lui commanda un lit pour une personne de haute condition. Mais il se trouva que l'un des cotés était plus court que l'autre, et Joseph ne savait que faire. Alors, l'Enfant Jésus dit à son père: Mets les deux bouts de bois par terre, au même niveau. Joseph fit ainsi. Jésus se mit de l'autre coté, prit le bois le plus court et l'étira à la même longueur que l'autre. A la vue du prodige, Joseph, son père, s'émerveilla, et serrant l'Enfant dans ses bras, le couvrit de baisers en disant: Que je suis heureux que Dieu m'ait donne cet Enfant.

Joseph n'a pas dû rendre grâce pour cela, car son travail ne pouvait être ainsi. Il n'est pas l'homme des solutions faciles et miraculeuses, mais de la persévérance, de l'effort et, si besoin est, de l'ingéniosité. Le chrétien sait que Dieu fait des miracles: qu'Il en a fait il y a des siècles, qu'Il a continué ensuite et qu'Il continue encore maintenant à en faire, car non est abreviata manus Domini, le pouvoir de Dieu n'a pas diminue.

Mais les miracles sont une manifestation de la toutepuissance salvatrice de Dieu, non un expédient pour réparer les conséquences de notre incompétence ou pour faciliter la commodité. Le miracle que vous demande le Seigneur c'est de persévérer dans votre vocation divine de chrétien, c'est de sanctifier le travail de chaque jour: le miracle de transformer en alexandrins, en vers héroïques, la prose de chaque jour, avec l'amour que vous mettez dans vos occupations habituelles. C'est là que Dieu vous attend. Il attend que vous soyez des âmes responsables, remplies de l'ardent désir de faire de l'apostolat, et compétentes dans leur travail.

C'est pourquoi je puis vous indiquer, pour votre travail, cette devise: pour servir, servir. Parce que, pour faire les choses, il faut d'abord savoir les achever. je ne crois pas en la droiture d'intention d'une personne qui ne s'efforce pas d'acquérir la compétence nécessaire pour bien accomplir les tâches qui lui ont été confiées. Il ne suffit pas de vouloir faire le bien, il faut d'abord savoir le faire. Et si nous le voulons vraiment, ce désir se traduira par un souci d'employer les moyens adéquats pour atteindre au fini, à la perfection humaine, dans ce que nous faisons.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant