Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Quand le Christ passe > La vocation chrétienne > Point 9
9

Le chrétien ordinaire — qui n'est pas un religieux et qui ne se retire pas du monde, parce que le monde est le lieu de sa rencontre avec le Christ — n'a pas besoin pour se sanctifier d'un vêtement particulier ou de signes distinctifs. Ses signes sont intérieurs: présence constante de Dieu et esprit de mortification. En réalité ils ne font qu'un, car la mortification n'est rien d'autre que la prière des sens.

La vocation chrétienne est faite de sacrifice, de pénitence et d'expiation. Nous devons réparer pour nos fautes — combien de fois n'avons nous pas détourné notre visage pour ne pas voir Dieu ? — et pour tous les péchés des hommes. Nous devons suivre de près les traces du Christ: nous portons toujours en nous la mortification, l'abnégation du Christ, son humiliation sur la Croix, pour que, dans nos coeurs aussi, se manifeste la vie de Jésus.

Notre chemin est celui de l'immolation et c'est dans ce renoncement que nous trouverons le gaudium cum pace, la joie et la paix.

Ne jetons pas sur le monde un regard de tristesse. Ces hagiographes qui voulaient, coûte que coûte, découvrir des traits extraordinaires chez les serviteurs de Dieu, et ce dès leurs premiers vagissements, ont rendu, sans le vouloir, un mauvais service à la catéchèse. Et ils racontent que certains d'entre eux, encore nourrissons, ne pleuraient pas, et que, par mortification, ils ne tétaient pas le vendredi... Toi et moi sommes nés en pleurant, comme Dieu l'a établi; et nous sucions le sein de notre mère sans nous soucier du Carême ni des Quatre-Temps.

Maintenant, avec l'aide de Dieu, nous avons appris à découvrir, tout au long de journées apparemment toujours semblables, un spatium verae poenitentiae, un temps de véritable pénitence, au cours duquel nous prenons des résolutions d'améliorer notre vie: emendatio vitae. C'est là le chemin qui nous disposera à recevoir dans notre âme la grâce et les inspirations du Saint-Esprit. Or cette grâce, je le répète, s'accompagne du gaudium cum pace, de la joie, de la paix et de la persévérance dans le chemin.

La mortification est le sel de notre vie. Et la meilleure des mortifications est celle qui, s'appuyant sur des petits détails tout au long de la journée, s'attaque à la concupiscence de la chair, à la concupiscence des yeux et à l'orgueil. Mortifications qui ne mortifient pas les autres, mais qui nous rendent plus délicats, plus compréhensifs, plus ouverts à tous. Tu ne seras pas mortifié si tu es susceptible, si tu n'écoutes que ton égoïsme, si tu t'imposes aux autres, si tu ne sais pas te priver du superflu et parfois même du nécessaire, si tu t'attristes quand les choses ne vont pas comme tu l'avais prévu; en revanche, tu es mortifié si tu sais te faire tout à tous, pour les gagner tous.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant