Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Sillon > Lutte > Point 166
166

Il y a dans ta vie deux pièces qui ne s'emboîtent pas: la tête et le sentiment.

     A la lumière de la foi, ton intelligence te montre pleinement non seulement le chemin, mais la différence entre les parcours, héroïque ou stupide, que l'on peut y faire. Surtout, elle te place devant la grandeur et la beauté divine des entreprises que la Trinité confie à nos mains.

     Le sentiment, en revanche, s'attache à tout ce que tu méprises, et même quand tu le considères comme méprisable. C'est comme si mille bêtises guettaient la moindre occasion. Et aussitôt que, par fatigue physique ou par perte de la vision surnaturelle, ta pauvre volonté s'affaiblit, ces petitesses s'accumulent, s'agitent dans ton imagination jusqu'à former une montagne qui t'opprime et te décourage: les difficultés du travail; la résistance à obéir; le manque de moyens; les feux de bengale d'une vie facile; de petites et de grandes tentations répugnantes; des poussées de sensiblerie; la fatigue; le goût amer de la médiocrité spirituelle... Et, parfois aussi, la peur: la peur, parce que tu sais que Dieu veut que tu sois saint et que tu ne l'es pas.

     Permets-moi de te parler crûment. Tu n'as que trop de "raisons" pour regarder en arrière, et il te manque l'audace pour répondre à la grâce qu'Il t'accorde, parce qu'Il t'a appelé pour être un autre Christ, "ipse Christus!" (le Christ lui-même). Tu as oublié l'avertissement de Notre Seigneur à l'Apôtre: "ma grâce te suffit!" c'est une confirmation que: si tu le veux, tu le peux.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant