Josemaría Escrivá Obras
167

Rattrape le temps que tu as perdu pour t'être reposé sur les lauriers de ta propre complaisance, te croyant un honnête homme, comme s'il suffisait d'avancer à ton rythme, sans voler ni tuer.

     Accélère le rythme de ta piété et de ton travail: il te reste encore tant de chemin à parcourir! entends-toi bien avec tous, également avec ceux qui te gênent; et efforce-toi d'aimer (pour les servir!) ceux que tu méprisais auparavant.

Précédent Voir le chapitre Suivant