Josemaría Escrivá Obras
210

Parfois, en présence de ces âmes endormies, il naît en nous le désir fou de crier, de les secouer, de les faire réagir, pour qu'elles émergent de cette terrible torpeur dans laquelle elles se trouvent plongées. Il est si triste de les voir marcher à l'aveuglette, sans trouver leur chemin! — Comme je comprends les pleurs de Jésus sur Jérusalem, fruit de sa charité parfaite..

Précédent Voir le chapitre Suivant