Josemaría Escrivá Obras
215

Le soc, qui laboure et ouvre le sillon, ne voit ni la semence ni le fruit.

Précédent Voir le chapitre Suivant