Josemaría Escrivá Obras
581

Cet homme de gouvernement m'a fait de la peine. Il pressentait l'existence de certains problèmes, des problèmes normaux, d'ailleurs, dans la vie... Mais il a pris peur, il a été contrarié quand il en a été informé. Il préférait les ignorer, vivre dans le demi-jour ou dans la pénombre de sa vision, pour rester tranquille.

     Je lui ai conseillé de "prendre le taureau par les cornes", pour que justement ces problèmes disparaissent; et je l'ai assuré qu'alors, que vraiment alors, il connaîtrait la vraie paix.

     Toi, ne résous pas tes propres problèmes, ni ceux d'autrui, en les ignorant: ce serait de la facilité, de la paresse, ce serait ouvrir la porte à l'action du diable.

Précédent Voir le chapitre Suivant