Josemaría Escrivá Obras
583

D'un ton inquisiteur ils t'ont demandé si tu jugeais ta décision bonne ou mauvaise, une décision qu'eux-mêmes considéraient comme indifférente.

     Et, la conscience sûre, tu leur as répondu: "je sais seulement deux choses: que mon intention est pure et que... je sais bien ce qu'elle me coûte". Et tu as ajouté: Dieu est la raison et la fin de ma vie, c'est pourquoi je suis certain qu'il n'y a rien d'indifférent.

Précédent Voir le chapitre Suivant