Josemaría Escrivá Obras
806

Il t'a fait beaucoup de peine, ce commentaire, fort peu chrétien, d'une certaine personne: "pardonne à tes ennemis, te disait-elle; tu n'imagines pas combien cela les fait enrager!" — Tu n'as pu te retenir, et tu as répliqué, serein: "je ne veux pas troquer l'amour contre l'humiliation du prochain. Je pardonne, parce que j'aime, et que j'ai soif d'imiter le Maître".

Précédent Voir le chapitre Suivant