Josemaría Escrivá Obras
962

Si tu aimes vraiment ta patrie (et je suis sûr que tu l'aimes) tu n'hésiterais pas à t'engager si l'on recrutait des volontaires pour la défendre contre un péril imminent. Je te l'ai écrit, en cas d'urgence tout le monde est utile: les hommes et les femmes; les vieux, les hommes mûrs, les jeunes gens et même les adolescents. Seuls les inaptes et les enfants restent de côté!

     Chaque jour, non pas un recrutement de volontaires — ce qui serait peu — mais une mobilisation générale des âmes est décrétée pour défendre le Royaume du Christ. Et le Roi en personne, Jésus, t'a appelé expressément par ton nom. Il te demande de prendre part aux batailles de Dieu, de mettre à son service ce qu'il y a de plus élevé dans ton âme: ton coeur, ta volonté, ton entendement, tout ton être.

     — Ecoute-moi: grâce à la pureté de vie, grâce surtout à la protection de la Sainte Vierge, la chair n'est pas un problème. — Seras-tu assez lâche pour essayer de te dérober à l'appel, sous prétexte que ton coeur est malade, ou ta volonté ou ton entendement?... Veux-tu te justifier et rester dans le service auxiliaire? — Le Seigneur veut faire de toi un instrument d'avant-garde (ce que tu es déjà) et, si tu tournes le dos, tu es bien à plaindre, traître que tu es!

Précédent Voir le chapitre Suivant