Josemaría Escrivá Obras
184

Mon intimité avec le Seigneur a été alimentée, comme je vous l’ai expliqué maintes fois, et je n’ai pas crainte qu’on le sache, par le plaisir réel que j’éprouve à écouter les chansons populaires, qui ont presque toujours l’amour pour thème. Le Seigneur nous a choisis, moi et certains d’entre vous, pour que nous lui appartenions totalement et transposions sur le mode divin cet amour noble des refrains profanes. C’est ce que fait l’Esprit Saint dans le Cantique des Cantiques, et ce qu’ont fait aussi les grands mystiques de tous les temps.

Relisez ces vers de la sainte d’Avila :

Si vous voulez que je reste oisif

Je veux rester oisif par Amour ;

Si vous me mandez travailler je veux mourir au travail.

Dites-moi où, quand et comment ?

Dites, mon doux amour, dites :

Qu’attendez-vous de moi ?

Ou bien aussi cette chanson de saint Jean de la Croix, avec ce début merveilleux :

Un pastoureau solitaire avait du chagrin,

Privé de plaisir et de joie,

Il n’avait de pensée que pour sa pastourelle

Et son cœur était blessé d’amour
.

L’amour humain, quand il est pur, m’inspire un immense respect, une indicible vénération. Comment ne pas apprécier l’affection sainte et noble de nos parents, à qui nous sommes en grande partie redevables de notre amitié avec Dieu ? Je bénis des deux mains cet amour-là, et quand on me demande pourquoi je dis des deux mains, je réponds aussitôt que c’est faute d’en avoir quatre.

Béni soit l’amour humain ! Mais le Seigneur m’a demandé davantage, et c’est ce qu’affirme la théologie catholique : se livrer pour l’amour du Royaume des cieux à Jésus seul et, pour l’amour de Jésus, à tous les hommes, est plus sublime encore que l’amour matrimonial, même si le mariage est un sacrement, sacramentum magnum.

Quoi qu’il en soit, chacun, à la place qu’il occupe et avec la vocation que Dieu lui a inspirée — célibataire, marié, veuf, prêtre — doit s’efforcer de vivre la chasteté avec délicatesse ; c’est une vertu accessible à tous, et qui exige de tous lutte, sensibilité, tact, vigueur, cette finesse que l’on ne comprend que lorsqu’on se place aux côtés du Cœur rempli d’amour du Christ sur la Croix. Ne soyez pas inquiets si, d’aventure, vous sentez la tentation vous guetter. Sentir est une chose, consentir en est une autre. On peut facilement repousser la tentation avec l’aide de Dieu. Ce qu’il ne faut à aucun prix, c’est se mettre à dialoguer.

Précédent Voir le chapitre Suivant