Josemaría Escrivá Obras
453

Tu médis. — Tu perds donc le bon esprit, et si tu n’apprends pas à te taire, chacun de tes mots sera un pas vers la porte de sortie de cette entreprise apostolique dans laquelle tu travailles.

Précédent Voir le chapitre Suivant