Josemaría Escrivá Obras
1024

Aide-moi à redire à l’oreille de celui-ci ou de celui-là..., et de tous: s'il a la foi, le pécheur, même s’il obtient tous les bonheurs de la terre, est nécessairement un infortuné et un malheureux.

     Il est vrai que ce qui doit nous pousser à haïr le péché, même véniel, qui doit nous remuer tous est d’ordre surnaturel. Car Dieu hait ce péché infiniment, et cette haine est suprême, éternelle et nécessaire, car ce mal s’oppose au bien infini...; mais la première réflexion que je t’ai signalée peut nous conduire à la seconde.

Précédent Voir le chapitre Suivant