Josemaría Escrivá Obras
1050

Ton “moi”, ne le place pas dans ta santé, dans ton nom, dans ta carrière, dans tes occupations, dans chaque pas que tu fais... Comme c’est triste ! Il semble que tu as oublié que “toi”, tu n’as rien, que tout est à lui.

     Lorsque, au long de la journée, tu te sentiras humilié, peut-être sans raison, lorsque tu penseras que ton jugement devrait prévaloir; lorsque tu t’apercevras que ton “moi” bouillonne, à chaque instant (ce qui est à toi, à toi, à toi...) sois sûr que tu es en train de tuer le temps, et que tu as besoin que l’on “tue” ton égoïsme.

Précédent Voir le chapitre Suivant