Josemaría Escrivá Obras
215

Ô Vierge Immaculée ! Ô ma Mère ! Ne m’abandonnez pas ! Voyez comment mon pauvre cœur fond en larmes.

— Je ne veux pas offenser mon Dieu !

     — Je le sais bien, et je pense que je ne l’oublierai jamais que je ne vaux rien; comme elles me pèsent ma petitesse et ma solitude ! Mais... je ne suis pas seul: ô vous, ma Douce Dame, et toi, Dieu mon Père, vous ne m’abandonnez pas !

     Face à la rébellion de ma chair et aux raisons diaboliques qui se dressent contre ma foi, j’aime Jésus-Christ et je crois: j’Aime et je Crois.

Précédent Voir le chapitre Suivant