Josemaría Escrivá Obras
224

La sécheresse intérieure n’est pas de la tiédeur. Chez le tiède, l’eau de la grâce n’imprègne rien: elle ne fait que couler... En revanche il est des terres sèches à l’aspect aride et qui, grâce à quelques gouttes de pluie, se recouvrent en leur temps de fleurs et de fruits savoureux.

     Quand nous persuaderons-nous donc de l’importance d’être dociles aux appels divins de chaque instant ? C’est précisément là que Dieu nous attend !

Précédent Voir le chapitre Suivant