Josemaría Escrivá Obras
251

Tu me disais: “Je me vois non seulement incapable de progresser sur mon chemin, mais même incapable de faire mon salut — ô ma pauvre âme ! — sans un miracle de la grâce. Je suis froid et — pire encore — comme indifférent, comme si, j’étais un spectateur de mon propre “cas”, indifférent à ce qu’il voit. Est-il possible que ces jours-ci soient stériles ?

     “Et pourtant ma Mère est ma Mère, et Jésus est — oserai-je le dire ? — mon Jésus ! Et il est des âmes saintes, en ce moment même, qui prient pour moi”.

     — Continue d’avancer, en donnant la main à ta Mère, t’ai-je répondu, et “ose” dire à Jésus que tu es sien. Par sa bonté, il inondera ton âme de clarté.

Précédent Voir le chapitre Suivant