Josemaría Escrivá Obras
253

Tant que je ne te perdrai pas, toi, nulle peine n’en sera vraiment une.

Précédent Voir le chapitre Suivant