Josemaría Escrivá Obras
381

Continue de considérer les qualités de l’âne, et remarque que, s’il veut faire oeuvre utile, le bourricot doit se laisser dominer par la volonté de celui qui le mène... Seul, en effet, il ne ferait que... des âneries. À coup sûr, il n’aurait pas de meilleure idée que de se vautrer par terre, de courir vers sa mangeoire... et de braire.

     Ah, Jésus ! — dis-le lui toi aussi — “ut iumentum factus sum apud te !”, tu as fait de moi ton petit âne; ne m’abandonne pas, “et ego semper tecum !” — et je serai toujours avec toi. Emmène-moi, bien attaché par ta grâce: “tenuisti manum dexteram meam...” — tu m’as pris par le licou: “et in voluntate tua deduxisti me...” — et aide-moi à accomplir ta Volonté. Et ainsi je t’aimerai jusqu’à la fin des siècles — “et cum gloria suscepisti me !”

Précédent Voir le chapitre Suivant