Josemaría Escrivá Obras
447

Dans ta vie de piété, persévère, volontairement et par amour — même si tu te sens sec. Et ne t’inquiète pas si tu te surprends à compter les minutes ou les jours qui te restent pour achever cette norme de piété ou ce travail. Avec ce plaisir trouble du mauvais élève qui attend la fin des cours, ou du condamné à une ou plusieurs quinzaines de jours de détention, qui attend que les portes de la prison s’ouvrent devant lui pour retourner à ses erreurs.

     Persévère, j’y insiste, avec une volonté efficace et actuelle, sans jamais cesser de vouloir effectuer ces exercices de piété et d’en tirer profit.

Précédent Voir le chapitre Suivant