Josemaría Escrivá Obras
490

Il y a des cœurs endurcis, mais nobles qui, en s’approchant de la chaleur du Cœur de Jésus-Christ, fondent comme le bronze, en larmes d’amour, de réparation. Et ils s’enflamment !

     En revanche, les tièdes ont un cœur d’argile, de chair misérable... et ils se fendillent. Ils ne sont que poussière, et ils font peine à voir.

     Dis avec moi: Jésus, repousse loin de nous la tiédeur ! Tout sauf tièdes !

Précédent Voir le chapitre Suivant