Josemaría Escrivá Obras
605

Tu ne sais si tu as progressé, ni de combien... — A quoi bon ce calcul ?...

     — L’important est que tu persévères, que ton cœur brûle, que tu voies davantage de lumière et de plus vastes horizons...: que tu te soucies de nos intentions, que tu les pressentes (même si tu ne les connais pas) et que tu pries pour chacune d’entre elles.

Précédent Voir le chapitre Suivant