Josemaría Escrivá Obras
672

Comme elles s’appliquent admirablement aux fils de Dieu ces paroles de saint Ambroise, quand il parle de l’ânon attaché à l’ânesse dont Jésus avait besoin pour son triomphe. Il commente: “Seul un ordre du Seigneur pouvait le délier. Ce furent les mains des apôtres qui le détachèrent. Pour ce faire, il faut une conduite et une grâce spéciales. Toi aussi, sois un apôtre, afin de délivrer ceux qui sont captifs.”

     — Et permets-moi de faire une autre glose de ce texte: combien de fois, sur l’ordre de Jésus, devrons-nous défaire les liens qui retiennent les âmes, parce qu’il a besoin d’elles pour son triomphe ! Que nos mains soient alors des mains d’apôtres, ainsi que nos actes, et toute notre vie... Alors Dieu nous accordera à nous aussi la grâce qu’il donne à l’apôtre, pour briser les fers de ceux qui sont enchaînés.

Précédent Voir le chapitre Suivant