Josemaría Escrivá Obras
7

Voici qu’arrive pour nous un jour de salut, un jour d’éternité. Une fois de plus les sifflements du Divin Pasteur se font entendre: ces paroles affectueuses, “vocavi te nomine tuo” — Je t’ai appelé par ton nom.

     Comme notre mère, il nous appelle par notre nom. Mieux encore, par notre petit nom affectueux, familier. — Et c’est là, dans l’intimité de notre âme, qu’il nous appelle; et chacun de nous doit lui répondre: “ecce ego quia vocasti me” — me voici, parce que tu m’as appelé, bien résolu à ce que, cette fois-ci, le temps ne passe pas comme l’eau sur des galets, sans laisser de trace.

Précédent Voir le chapitre Suivant