Josemaría Escrivá Obras
88

Le Seigneur t’a fait voir clairement ton chemin de chrétien au milieu du monde. Or tu m’assures que très souvent tu as pensé avec envie (tout en m’avouant que ce n’était au fond que pure facilité) au bonheur d’être un inconnu qui travaille ignoré de tous, dans un coin retiré... rien que Dieu et toi !

     — Et maintenant, outre l’idée d’aller évangéliser le Japon, tu penses aussi à cette vie cachée et endurante… Mais si, une fois libéré d’autres obligations naturelles et saintes, tu cherchais à te “cacher” dans une institution religieuse quelconque, sans que ce soit ta vocation, tu n’en serais pas plus heureux. Tu n’aurais pas la paix. Tu aurais fait ta volonté, non celle de Dieu.

     — Ta “vocation” s’appellerait alors défection: effet non d’une inspiration divine, mais d’une simple peur humaine face à la lutte que tu devines. Et de cela… pas question !

Précédent Voir le chapitre Suivant