Josemaría Escrivá Obras
119

Une prière au Dieu de ma vie. Si Dieu est vie pour nous, nous ne devons pas nous étonner que notre existence de chrétien doive être tissée de prière. Mais ne pensez pas que la prière soit un acte qu'on accomplit, pour l'abandonner ensuite. Le juste se plaît dans la loi de Yahvé et murmure sa loi jour et nuit. Le matin je pense à toi; et le soir, ma prière monte vers toi comme l'encens. La journée entière peut être prière; du soir au matin et du matin au soir. Bien plus: comme le rappelle l'Ecriture Sainte, le sommeil aussi doit être prière.

Rappelez-vous ce que les Evangiles nous disent de Jésus. Il passait parfois la nuit entière en conversation intime avec son Père. Comme les premiers disciples aimaient la figure du Christ en prière! Après avoir contemple cette attitude continuelle du Maître, ils Lui demandèrent: Domine, doce nos orare, Seigneur apprends-nous à prier.

Saint Paul répand partout l'exemple vivant du Christ: oratione instantes. persévérants dans la prière, écrit-il. Et saint Luc trace d'un trait la manière d'agir des premiers fidèles: animés d'un même esprit, ils persévéraient ensemble dans la prière.

La trempe du bon chrétien se forge, avec l'aide de la grâce, dans la prière. Et cet aliment de la prière, parce qu'il est vie, ne se développe pas dans une seule direction. Le coeur s'épanche habituellement en paroles, dans ces oraisons vocales que Dieu Lui-même nous a apprises, le Notre Père, ou que ses anges nous ont enseignées, l'Ave Maria. D'autre fois, nous nous servirons de prières consacrées par le temps, prières grâce auxquelles la piété de millions de frères dans la foi s'est épanchée: celles de la liturgie — lex orandi — celles qui sont nées de la passion d'un coeur amoureux, comme tant d'antiennes: Sub tuum praesidium... Memorare..., Salve Regina ...

A d'autres moments, deux ou trois invocations, lancées au Seigneur comme des flèches, iaculata, nous suffiront: oraisons jaculatoires que nous apprenons en lisant attentivement l'histoire du Christ: Domine, si vis, potes me mundare, Seigneur, si tu veux, tu peux me guérir; Domine, tu omnia nosti, tu scis quia amo te, Seigneur, Tu sais tout, Tu sais que je t'aime; Credo, Domine, sed adiuva incredulitatem meam, je crois Seigneur, mais viens en aide à mon peu de foi; Domine, non sum dignus, Seigneur, je ne suis pas digne! Dominus meus et Deus meus!. mon Seigneur et mon Dieu!... Ou d'autres phrases, brèves et affectueuses, qui jaillissent du fond de l'âme avec ferveur et répondent à une situation concrète.

Notre vie de prière doit en plus se fonder sur quelques moments que nous consacrons chaque jour exclusivement à la conversation avec Dieu; dialogue sans bruit de paroles, près du Tabernacle chaque fois que possible, pour remercier le Seigneur — Il est si seul! — de cette attente de vingt siècles. L'oraison mentale consiste en ce dialogue avec Dieu, coeur à coeur, auquel participe l'âme tout entière: l'intelligence et l'imagination, la mémoire et la volonté. Une méditation qui contribue à donner une valeur surnaturelle à notre pauvre vie humaine, à notre vie quotidienne ordinaire.

Grace à ces moments de méditation, aux oraisons vocales, aux oraisons jaculatoires, nous saurons, avec naturel et sans spectacle, faire de notre journée une louange continuelle à Dieu. Nous resterons en sa présence, comme les amoureux qui ne cessent de penser à la personne qu'ils aiment, et toutes nos actions, même les plus infimes, se rempliront d'efficacité spirituelle.

C'est pourquoi, quand un chrétien entreprend ce chemin de conversation ininterrompue avec le Seigneur — et c'est un chemin fait pour tous, pas un sentier pour privilégiés —, la vie intérieure grandit, sûre et ferme; et l'homme s'affermit dans cette lutte, à la fois aimable et exigeante, pour réaliser à fond la volonté de Dieu.

A partir de la voie d'oraison, nous pouvons comprendre l'autre thème que nous propose la fête d'aujourd'hui: l'apostolat, la mise en pratique de l'enseignement de Jésus, transmis aux siens peu avant de monter aux cieux: vous me servirez de témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, en Samarie et jusqu'aux confins de la terre.

Précédent Voir le chapitre Suivant