Josemaría Escrivá Obras
124

Que faire ? je vous disais que mon but n'était pas de décrire ici des crises politiques ou sociales, des effondrements ou des maladies culturelles. je parle du mal à la lumière de la foi chrétienne, dans son sens précis d'offense à Dieu. L'apostolat chrétien n'est pas un programme politique, ni une option culturelle. Il suppose la diffusion du bien, la communication du désir d'aimer et de semer véritablement la paix et la joie. Il est certain que de cet apostolat viendront pour tous des bienfaits spirituels: plus de justice, plus de compréhension, plus de respect de l'homme pour l'homme.

Il y a bien des âmes autour de nous, et nous n'avons pas le droit d'être un obstacle à leur bien éternel. Nous avons l'obligation d'être chrétiens jusqu'au bout, d'être saints, de ne pas décevoir Dieu ni tous ceux qui attendent du chrétien exemple et doctrine.

Notre apostolat doit se fonder sur la compréhension. je le répète: la charité, plus qu'à donner, consiste à comprendre. je ne vous cache pas que j'ai appris, en ma propre chair, ce qu'il en coûte de n'être pas compris. J'ai toujours essaye de me faire comprendre, mais certains se sont obstinés à ne pas comprendre. Raison de plus pour moi d'avoir le désir de comprendre tout le monde. Mais ce n'est pas un élan provoqué par les circonstances qui doit nous inciter à élargir notre coeur à une dimension universelle et catholique. L'esprit de compréhension est une manifestation de la charité chrétienne d'un bon fils de Dieu: car le Seigneur veut que nous allions par tous les chemins honnêtes de la terre pour répandre non pas la semence de l'ivraie mais celle de la fraternité, semence d'excuse, de pardon, d'amour et de paix. Ne vous considérez jamais ennemis de qui que ce soit.

Le chrétien doit toujours être disposé à vivre avec tous, à donner à tous — par son amitié — la possibilité de s'approcher du Christ Jésus. Il doit se sacrifier avec joie pour tous, sans distinction, sans diviser les âmes en compartiments étanches et sans leur mettre des étiquettes comme à des marchandises ou à des insectes disséqués. Le chrétien ne peut se séparer des autres, sa vie serait misérable et égoïste. Il doit se faire tout à tous, pour les sauver tous.

Si nous vivions ainsi, si nous savions imprégner notre conduite de cette semence de générosité, de ce désir de paix et de concorde, c'est alors que les hommes pourraient vraiment jouir de leur indépendance légitime et chacun assumerait les responsabilités temporelles qui lui incombent. Le chrétien saurait défendre avant tout la liberté d'autrui pour pouvoir ensuite défendre la sienne. La charité l'amènerait à accepter les autres comme ils sont — car chacun, sans exception, à ses misères et ses erreurs —, à les aider, avec la grâce de Dieu et avec une délicatesse tout humaine, à vaincre le mal et à déraciner l'ivraie, pour que nous puissions nous soutenir tous mutuellement et assumer avec dignité notre condition d'hommes et de chrétiens.

Précédent Voir le chapitre Suivant