Josemaría Escrivá Obras
125

La tache apostolique que le Christ a confiée à tous ses disciples a donc des répercussions sociales concrètes. Comment penser que, pour être chrétien, il faille tourner le dos au monde, et désespérer de la nature humaine ? Tout ce qui est honnête, quelle que soit son importance, recèle un sens humain et divin à la fois. Le Christ, homme parfait, n'est pas venu détruire ce qui est humain, mais l'anoblir, en assumant notre condition humaine, à l'exception du péché: Il est venu partager toutes les aspirations de l'homme, à l'exception de la triste aventure du mal.

Le chrétien doit être toujours dispose à sanctifier la société de l'intérieur, en étant totalement dans le monde, sans être du monde, dans la mesure où celui-ci —non par nature, mais par suite d'une imperfection volontaire, le pêche — est négation de Dieu et opposition à Son aimable volonté salvatrice.

Précédent Voir le chapitre Suivant