Josemaría Escrivá Obras
129

Permettez-moi de vous raconter un fait que j'ai vécu il y a de nombreuses années. Un homme bon, mais sans foi, me dit un jour en me montrant une mappemonde: Regarde, du nord au sud et de l'est à l'ouest. Que veux-tu que je regarde ? lui demandai-je. Il me répondit: L'échec du Christ. Tant de siècles pour essayer de faire entrer sa doctrine dans la vie des hommes, et vois le résultat. Cela me remplit tout d'abord de tristesse. Il est en effet très douloureux de constater que nombreux sont ceux qui ne connaissent pas encore le Seigneur et que, parmi ceux qui Le connaissent, nombreux sont ceux qui vivent comme s'ils ne Le connaissaient pas.

Mais cette impression ne dura qu'un instant, et fit place à l'amour et à la reconnaissance, parce que Jésus a voulu que chacun coopère librement à son oeuvre rédemptrice. Il n'a pas échoué: sa doctrine et sa vie continuent de féconder le monde. La rédemption qu'Il a réalisée est suffisante et surabondante.

Dieu ne veut pas d'esclaves. Il veut des fils et Il respecte notre liberté. L'oeuvre de salut continue et nous y participons. Le Christ veut, selon les dures paroles de saint Paul, que nous complétions en notre chair, en notre vie, ce qui manque à sa passion, pro corpore eius, quod est Ecclesia, pour son corps, qui est l'Eglise.

Cela vaut la peine de risquer sa vie, de se donner pleinement pour répondre à l'amour et à la confiance que Dieu met en nous. Cela vaut la peine, avant tout, de nous décider à prendre au sérieux notre foi chrétienne. Quand nous récitons le Credo, nous proclamons notre foi en Dieu le Père tout Puissant, en son Fils Jésus-Christ, qui est mort et ressuscité, en l'Esprit Saint, Seigneur et auteur de la vie. Nous confessons que l'Eglise, une, sainte, catholique et apostolique est le corps du Christ, animé par le Saint-Esprit. Nous nous réjouissons de la rémission des péchés et de l'espérance de la résurrection à venir. Mais ces vérités pénètrent-elles jusqu'au fond de notre coeur ou bien restent-elles sur nos lèvres ? Le message divin de victoire, de joie et de paix de la Pentecôte, doit être le fondement inébranlable de la façon de penser, de réagir et de vivre de tout chrétien.

Précédent Voir le chapitre Suivant