Josemaría Escrivá Obras
13

Le Fils de Dieu s'est fait chair et il est perfectus Deus, perfectus homo, Dieu parfait et homme parfait. Il y a dans ce mystère quelque chose qui devrait émouvoir les chrétiens. J'en fus et j'en demeure ému: j'aimerais retourner à Lorette. J'y vais, par la pensée, revivre les années d'enfance de Jésus, en répétant et en considérant que hic Verbum caro factum est.

Jesus Christus, Deus Homo, Jésus-Christ Dieu-Homme. C'est là une des magnalia Dei, une des merveilles de Dieu, que nous devons méditer et dont nous devons remercier ce Seigneur qui est venu apporter la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté, et à tous les hommes qui veulent unir leur volonté à la Volonté suprêmement bonne de Dieu: pas seulement aux riches et aux pauvres mais à tous les hommes, à tous nos frères! car nous sommes tous frères en Jésus, fils de Dieu, frères du Christ: sa Mère est notre Mère.

Il n'y a qu'une seule race sur la terre: la race des enfants de Dieu. Nous devons tous parler la même langue, celle que nous apprend notre Père qui est aux cieux: la langue du dialogue de Jésus avec son Père, la langue que l'on parle avec le coeur et avec la tête, celle dont vous vous servez en ce moment dans votre prière. C'est la langue des âmes contemplatives, celle des hommes qui ont une vie spirituelle, parce qu'ils se sont rendu compte de leur filiation divine. C'est une langue qui se caractérise par mille motions de la volonté, par des lumières dans l'intelligence, par des élans du coeur, par des décisions de mener une vie droite dans le bien, la sérénité et la paix.

Il nous faut regarder l'enfant, notre Amour, dans son berceau. Et il nous faut le regarder en nous sachant devant un mystère. Nous devons, par la foi, accepter ce mystère et, par la foi également, en approfondir le contenu. Et pour cela, nous avons besoin des dispositions d'humilité d'une âme chrétienne — ne pas vouloir réduire la grandeur de Dieu à nos pauvres concepts, à nos explications humaines, mais comprendre que ce mystère, dans son obscurité, est une lumière qui guide la vie des hommes.

Nous voyons — dit saint Jean Chrysostome — que Jésus est issu de nous et de notre substance humaine, et qu'il est ne d'une Mère vierge: mais nous ne comprenons pas comment ce prodige a pu se réaliser. Ne nous fatiguons pas à essayer de le découvrir, mais acceptons plutôt avec humilité ce que Dieu nous a révélé, sans scruter avec curiosité ce que Dieu nous tient cache. Si nous observons cette attitude de respect, nous saurons comprendre et aimer; et le mystère deviendra pour nous un magnifique enseignement, plus convaincant que tous les raisonnements humains.

Précédent Voir le chapitre Suivant