Josemaría Escrivá Obras
136

En deuxième lieu, vie de prière, parce que le don, l'obéissance et la bonté du chrétien naissent de l'amour et s'orientent vers l'amour. Et l'amour conduit à la fréquentation, à la conversation et à l'amitié. La vie chrétienne requiert un dialogue constant avec le Dieu Un et Trine, et c'est à cette intimité que nous conduit le Saint-Esprit. Qui donc chez les hommes connaît les secrets de l'homme, sinon l'esprit de l'homme qui est en lui? De même, nul ne connaît les secrets de Dieu, sinon l'Esprit de Dieu. Si nous sommes en rapport constant avec le Saint-Esprit, nous deviendrons également spirituels, nous nous sentirons frères du Christ et enfants de Dieu, de ce Dieu que nous n'hésiterons pas à invoquer comme notre propre Père.

Habituons-nous à fréquenter le Saint-Esprit, car c'est Lui qui doit nous sanctifier; à avoir confiance en Lui, à Lui demander son aide, et à Le sentir près de nous. Notre pauvre coeur s'agrandira peu à peu, nous aurons davantage envie d'aimer Dieu et, pour Lui, toutes les créatures. Et la vision finale de l'Apocalypse se reproduira alors dans notre vie: l'Esprit et l'Epouse, le Saint-Esprit et l'Eglise — et chaque chrétien s'adressent à Jésus, au Christ, et Lui demandent de venir et d'être avec nous pour toujours.

Précédent Voir le chapitre Suivant