Josemaría Escrivá Obras
164

Conservons présente à l'esprit la richesse que renferment ces mots: Coeur Sacré de Jésus. Lorsque nous parlons du coeur humain, nous ne faisons pas seulement allusion aux sentiments, nous pensons à la personne tout entière qui fréquente, qui aime, qui chérit les autres. Et dans la bouche des hommes qui ont recueilli l'Ecriture Sainte pour que nous puissions mieux comprendre les mystères divins, le coeur est considéré comme le résumé, la source, l'expression, le fond ultime des pensées, des paroles et des actes. Un homme vaut ce que vaut son coeur, disons-nous encore aujourd'hui.

C'est du coeur que viennent la joie: Que mon coeur exulte, admis en ton salut; le repentir: Mon coeur est pareil à la cire, il fond au milieu de mes viscères; la louange de Dieu: Mon coeur a frémi de paroles belles; la décision d'écouter le Seigneur: Mon coeur est prêt, ô Dieu, mon coeur est prêt; la veille, entretenue par l'amour: Je dors, mais mon coeur veille. Et tout autant le doute, la crainte: Que votre coeur cesse de se troubler, croyez en Dieu, croyez en moi.

Le coeur ne ressent pas seulement les choses: il sait, il comprend. La loi de Dieu est déposée en lui, c'est en lui qu'elle demeure inscrite. L'Ecriture ajoute encore: C'est du trop-plein du coeur que la bouche parle. Le Seigneur jette à la face de certains scribes: Pourquoi ces mauvais sentiments dans vos coeurs ?. Et pour condenser tous les péchés que l'homme peut commettre, Il affirme: Du coeur, en effet, procèdent mauvais desseins, meurtres, adultères, débauches, vols, faux témoignages, diffamations.

Quand la Sainte Ecriture parle du coeur, il ne s'agit pas d'un sentiment passager, provoquant l'émotion ou les larmes. On parle du coeur pour désigner la personne tout entière orientée — corps et âme — comme le Christ Jésus Lui-même l'a montré, vers ce qu'elle considère comme son bien: Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur.

C'est pourquoi, en parlant maintenant du Coeur de Jésus, nous donnons tout son poids à cette certitude de l'amour de Dieu et à la vérité de son don à notre égard. Recommander la dévotion à ce Coeur Sacre, c'est nous recommander de nous diriger nous-mêmes avec absolument tout ce que nous sommes: âme, sentiments, pensées, paroles, actions, peines et joies, vers Jésus tout entier.

La vraie dévotion au Coeur de Jésus consiste à connaître Dieu, à nous connaître nous-mêmes, à fixer notre regard sur Jésus, à recourir à Celui qui nous encourage, nous enseigne et nous guide. Cette dévotion n'est superficielle que pour l'homme qui, faute de n'être pas parvenu à être vraiment humain, n'arrive pas à pénétrer la réalité du Dieu incarné.

Précédent Voir le chapitre Suivant