Josemaría Escrivá Obras
17

Pertransiit benefaciendo. Qu'a fait Jésus pour répandre tant de bien, et seulement du bien, partout où il est passé ? Les Saints Evangiles nous ont transmis une autre biographie de Jésus, résumée en trois mots latins, qui nous donnent la réponse: erat subditus illis, il obéissait. Alors qu'aujourd'hui le climat est à la désobéissance, à la protestation, à la désunion, il nous faut estimer spécialement l'obéissance.

je suis très attaché à la liberté, et c'est précisément pour cela que j'aime tant cette vertu chrétienne. Nous devons nous sentir enfants de Dieu et vivre avec le désir d'accomplir la volonté de notre Père; réaliser les choses en fonction du vouloir de Dieu, parce que nous en avons envie — la raison la plus surnaturelle qui soit.

L'esprit de l'Opus Dei, esprit que je m'efforce de pratiquer et d'enseigner depuis plus de trente-cinq ans, m'a fait comprendre et aimer la liberté personnelle. Lorsque Dieu Notre Seigneur accorde sa grâce aux hommes, lorsqu'Il les appelle à une vocation spécifique, c'est comme s'Il leur tendait la main, une main paternelle, pleine de force et, surtout, remplie d'amour; en effet, Il vient nous chercher un par un, en nous considérant comme ses filles et ses fils, et Il connaît notre faiblesse. Le Seigneur attend que nous fassions l'effort de prendre sa main, cette main qu'Il met à notre portée: Dieu nous demande un effort, effort qui est la preuve de notre liberté. Et pour pouvoir le réaliser nous devons être humbles, nous devons nous considérer comme des petits enfants et aimer l'obéissance bénie avec laquelle nous répondons à la paternité bénie de Dieu.

Il convient que nous laissions le Seigneur s'introduire dans nos vies, y entrer avec confiance, sans y rencontrer d'obstacles ni de détours. Nous autres hommes, nous avons tendance “ à nous défendre , à nous attacher à notre égoïsme. Nous essayons toujours d'être des rois, même si ce n'est que du royaume de notre misère. Que cette considération vous aide à comprendre pourquoi nous avons besoin de recourir à Jésus: pour qu'Il nous rende véritablement libres, et qu'ainsi nous puissions servir Dieu et tous les hommes. Ce n'est qu'alors que nous nous rendrons compte de la vérité de ces paroles de saint Paul: Mais aujourd'hui, libérés du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus Notre Seigneur.

Soyons donc prévenus, car notre tendance à l'égoïsme ne meurt pas, et la tentation peut s'insinuer en nous de bien des manières. Dieu exige qu'en obéissant, nous exercions notre foi, car sa volonté ne se manifeste pas avec fracas. Il arrive en effet au Seigneur de suggérer son vouloir comme à voix basse, tout au fond de la conscience: il faut alors l'écouter avec attention, pour percevoir cette voix et lui être fidèles.

Mais, bien souvent, c'est à travers les autres qu'Il nous parle, et il peut arriver que la vue de leurs défauts, ou l'idée que peut-être ils ne sont pas bien informés, ou qu'ils n'ont pas compris toutes les données du problème, soit pour nous comme une invitation à ne pas obéir.

Or tout cela peut avoir une signification divine, car ce n'est pas une obéissance intelligente, et nous devons ressentir la responsabilité d'aider les autres avec la lumière de notre intelligence. Soyons toutefois sincères envers nous-mêmes: examinons, dans chaque cas, si c'est l'amour de la vérité qui nous pousse, ou bien l'égoïsme et l'attachement à notre propre jugement. Lorsque nos idées nous separent des autres, lorsqu'elles nous amènent à rompre la communion, l'unite avec nos frères, c'est là un signe évident que nous n'agissons pas selon l'esprit de Dieu.

Ne l'oublions pas: pour obéir, je le répète, il faut l'humilité. Considérons de nouveau l'exemple du Christ: Jésus obéit et Il obéit à Joseph et à Marie. Dieu est venu sur terre pour obéir, pour obéir aux créatures. Certes ce sont deux créatures très parfaites: sainte Marie, notre Mère — au-dessus d'elle, il n'y a que Dieu — et l'homme très chaste qu'est Joseph. Mais ce sont des créatures. Et Jésus, qui est Dieu, leur obéissait. Il nous faut aimer Dieu, afin d'aimer sa volonté, et d'avoir le désir de répondre aux appels qu'Il nous adresse à travers les obligations de notre vie courante: dans notre devoir d'état, dans notre profession, dans notre travail, dans notre famille, dans nos relations sociales, dans nos propres souffrances et dans celles des autres, dans l'amitié, dans notre désir de réaliser ce qui est bon et juste.

Précédent Voir le chapitre Suivant