Josemaría Escrivá Obras
24

L'amour pur et sans tache des époux est une réalité sainte que, en tant que prêtre, le bénis de mes deux mains. La tradition chrétienne a vu fréquemment une confirmation de la valeur divine du mariage dans la présence de Jésus-Christ aux noces de Cana: Notre Seigneur est allé aux noces — écrit saint Cyrille d'Alexandrie — pour sanctifier le principe de la génération humaine.

Le mariage est un sacrement qui fait de deux corps une seule chair; comme la théologie le souligne avec force, les corps mêmes des conjoints en constituent la matière. Le Seigneur sanctifie et bénit l'amour du mari envers sa femme et celui de la femme envers son mari: c'est Lui qui a disposé non seulement la fusion de leurs âmes, mais aussi celle de leurs corps. Aucun chrétien, qu'il soit ou non appelé à la vie matrimoniale, ne peut la sous-estimer.

Le Créateur nous a donné l'intelligence: elle est comme une étincelle de l'entendement divin et nous permet avec notre volonté libre — autre don de Dieu — de connaître et d'aimer. Il a en outre donné à notre corps la possibilité d'engendrer, autrement dit de participer en quelque sorte à son pouvoir créateur. Dieu a voulu se servir de l'amour conjugal pour faire venir au monde de nouvelles créatures et augmenter le corps de son Eglise. Le sexe n'est pas une réalité honteuse, mais un don divin dont la juste finalité est la vie, l'amour, la fécondité.

Voila dans quelle perspective se situe la doctrine chrétienne sur la sexualité. Notre foi ne méconnaît rien de ce qu'il y a de beau, de généreux, d'authentiquement humain ici-bas. Elle nous apprend que la règle de notre vie ne doit pas être la recherche égoïste du plaisir, car seuls le renoncement et le sacrifice conduisent au véritable amour. Dieu nous a aimés; Il nous invite à L'aimer et à aimer les autres avec la vérité et l'authenticité avec lesquelles Il nous aime. Qui aura trouve sa vie la perdra et qui aura perdu sa vie à cause de moi la trouvera, a écrit saint Matthieu dans son Evangile, en une phrase qui semble paradoxale.

Les personnes trop attachées à elles-mêmes, agissant avant tout en vue de leur propre satisfaction, risquent leur salut éternel et ne peuvent qu'être infortunées et malheureuses. Celui-là seul qui s'oublie soi-même et qui se donne à Dieu et aux autres — et dans le mariage aussi — peut être heureux sur la terre, d'un bonheur qui est la préparation et l'anticipation de celui du ciel.

Au long de notre chemin sur la terre, la douleur est la pierre de touche de l'amour. Dans l'état de mariage, en considérant les choses d'une manière descriptive, nous pourrions affirmer qu'il y a un endroit et un envers. D'une part le bonheur de se savoir aimé, la joie d'édifier et de maintenir un foyer, l'amour conjugal, la consolation de voir grandir ses enfants. De l'autre des peines et des contrariétés, le passage du temps qui consume les corps et menace d'aigrir les caractères, l'apparente monotonie des jours apparemment toujours semblables.

Celui qui estimerait qu'amour et bonheur sont réduits à néant par ces difficultés aurait une piètre idée du mariage et de l'amour humain. C'est précisément quand les sentiments qui animaient les créatures révèlent leur véritable nature, que— le don de soi et la tendresse s'enracinent et apparaissent comme une affection authentique et profonde, plus forte que la mort.

Précédent Voir le chapitre Suivant